La revue de presse de ce mercredi 7 février

Publié le
La revue de presse de ce samedi 14 avril
© H24info

Le droit d’accès à l’information est resté lettre morte ; Bureaux d’information sur les crédits: un an pour la mise en conformité ; Cash en circulation: une montée préoccupante , Apiculture: à la veille du Ramadan, les ruches s’effondrent ; Education: les chiffres alarmants d’Akhannouch… Voici une sélection de sujets traités par la presse nationale ce mercredi. 

L’Economiste

Le droit d’accès à l’information est resté lettre morte

La loi sur le droit des citoyens d’accéder à l’information sera-t-elle revue et corrigée? L’idée fait son chemin depuis l’entrée en vigueur de cette législation le 12 mars 2018. Le secrétaire général de l’Instance nationale de la probité et de la prévention et de la lutte contre la corruption, Ahmed Laamoumri, s’est déclaré pour la refonte de la législation relative à l’accès à l’information. Véritable antidote contre la prévarication, l’abus de droit, le trafic d’influence…Son plaidoyer est intervenu lors d’une formation au journalisme d’investigation organisée du 29 janvier au 2 février 2024 dans la province d’El Khemissat. “Les enquêtes journalistiques sont une source précieuse en matière de veille. Elles alimentent notre observatoire et approfondissent le diagnostic relatif au phénomène de la corruption”, poursuit l’intervenant.

L’Economiste

Bureaux d’information sur les crédits: un an pour la mise en conformité

C’est parti pour le nouveau dispositif régissant les bureaux d’information sur le crédit. Le texte a été adopté par les députés en 2e lecture, lors de la dernière séance législative avant la fin de la session d’octobre. Ce projet de loi sera bientôt publié au Bulletin officiel. Il n’entrera en vigueur qu’après la publication de tous ses textes d’application. Les établissements de crédit auront un délai de 12 mois,à partir de cette publication, pour mettre en conformité leurs systèmes d’informations et leurs documents contractuels. Pour les bureaux d’information sur le crédit déjà actifs au Maroc, ils seront agréés dans le cadre de contrats de gestion déléguée, noués avec Bank Al-Maghrib, dans un délai de 12 mois à partir de la date de publication des textes d’application.

L’Economiste

Cash en circulation: une montée préoccupante

Le marché monétaire évolue toujours en équilibre dans un contexte de creusement du déficit de liquidité bancaire en lien avec l’accélération de la circulation fiduciaire à fin 2023. Celle-ci s’établit à 393,5 milliards de dirhams en décembre 2023, soit son plus haut niveau historique. «Dans ce contexte, la banque centrale continue d’ alimenter le marché monétaire et la liquidité centrale. En effet, les avances à 7 jours ressortent en hausse cette semaine à 51,9 milliards de dirhams contre 47,5 milliards de dirhams une semaine auparavant», expliquent les analystes d’Attijari Global Research(AGR) dans le dernier Weekly HebdoTaux. En 2024, le système bancaire devrait faire face à un besoin record en liquidités estimé par AGR à près de 138 milliards de dirhams. Une situation sans précédent depuis la crise du Covid-19, et ce en dépit des prévisions records concernant les avoirs en devises qui devraient se situer à plus de 360 milliards de dirhams.

L’Opinion

Apiculture: à la veille du Ramadan, les ruches s’effondrent

L’eau se fait rare et la production de miel s’en ressent grandement! En cette année de sécheresse, la végétation subit de plein fouet le stress hydrique et les apiculteurs s’attendent à une campagne maigre, semblable aux précédentes. Seuls les apiculteurs professionnels disposant de technicité adaptée à de telles conditions climatiques pourront contribuer à l’approvisionnement du marché. Une situation qui fait flamber les prix du miel de 15% à 25% selon le type végétal, alors que le mois de Ramadan approche à grands pas. Les professionnels du secteur appellent ainsi à une intervention d’urgence du gouvernement pour sauver ce qui reste de la filière.

Le Matin

Pays à revenu intermédiaire : le Maroc aux avant-postes du combat pour un meilleur positionnement sur l’échiquier mondial

En abritant, les 5 et 6 février à Rabat, la Conférence de Haut Niveau sur les pays à revenu intermédiaire, le Maroc a choisi d’être à l’avant-garde du combat des pays à revenu intermédiaire pour un meilleur positionnement dans l’échiquier mondial et pour une meilleure reconnaissance de leur rôle dans la réalisation des objectifs de développement durable. Lors d’une conférence de presse à l’issue de cet événement, qui a vu l’adoption de la Déclaration de Rabat, Nasser Bourita a clairement exprimé les ambitions de ces pays qui entendent désormais parler d’une seule voix et se présenter en force de proposition dans le débat mondial autour des défis contemporains. «Ces pays doivent être accompagnés et soutenus pour qu’ils puissent sortir de ce piège du revenu moyen et faire évoluer leur économie vers un modèle basé sur l’innovation et la productivité, plutôt que sur un modèle basé sur une main-d’œuvre bon marché», a souligné le chef de la diplomatie marocaine.

Le Matin

Politiques publiques : l’UE pour une implication plus forte des acteurs de la société civile

L’Union européenne a lancé, hier à Rabat, son nouveau programme d’appui stratégique à la société civile (PASSC). D’une valeur de 100 millions de dirhams, ce nouveau plan d’action s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’engagement commun du Maroc et de l’UE, consacré dans la déclaration conjointe de 2019. L’enjeu de cette coopération est de favoriser la création des conditions nécessaires à la promotion d’une gouvernance plus participative et inclusive, à travers une implication renforcée des organisations de la société civile dans la définition, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes et politiques publiques.

Le Matin

Automobile : Ravago et Repsol inaugurent une nouvelle usine de compoundage à Tanger Med

L’investissement de Repsol et Ravago de 20 millions d’euros représente une initiative stratégique visant à appuyer l’expansion mondiale des deux entreprises, en proposant des produits à forte valeur ajoutée destinés à l’industrie automobile. Ce projet vise à établir une capacité de production globale de 18.500 tonnes, principalement orientée vers l’export à destination des marchés européens.

Les Inspirations éco

Education: les chiffres alarmants d’Akhannouch

Comme attendu, la réforme de l’école publique et le redressement de l’éducation et de la formation ont été au centre de la séance plénière dédiée aux questions orales mensuelles adressées à Aziz Akhannouch, Chef du gouvernement, à la Chambre des représentants. Akhannouch a rappelé la situation inquiétante de l’école publique, chose qui affecte négativement son classement. Selon les chiffres alarmants exposés par le Chef du gouvernement, plus de 330.000 élèves quittent annuellement les bancs de l’école, ce qui constitue l’un des obstacles majeurs grevant le développement de l’éducation nationale. Il a indiqué par ailleurs que 70% des élèves ne maîtrisent pas les bases du cursus scolaire à l’achèvement du cycle primaire. Seulement un tiers des élèves parviennent donc à maîtriser le cursus du cycle primaire et cette proportion baisse à 10% pour le cycle collégial.

Les Inspirations éco

Légère résorption du déficit budgétaire

L’exécution de la Loi de finances 2023 a permis de dégager un solde ordinaire de 14,4 milliards de dirhams (MMDH), sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, contre un solde ordinaire négatif de 1 MMDH un an auparavant. Des résultats qui renseignent sur le déficit du Trésor. En effet, le bulletin mensuel des statistiques des finances publiques indique que compte tenu des données, le déficit du Trésor s’est légèrement allégé par rapport à la même période, un an auparavant. Ce dernier s’est établi à 73,7 MMDH contre 76,3 MMDH, soit une baisse de près de 4%.

 

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

La revue de presse de ce mercredi 7 février

S'ABONNER
Partager
S'abonner