La revue de presse de ce jeudi 29 février

Publié le
La revue de presse de ce samedi 14 avril
© H24info

Un appui sur mesure pour les entreprises industrielles et de services pour percer à l’international ; Permis de conduire : ce qui va changer à partir du 18 mars 2024 ; Allemagne: lancement de la 2ème phase du projet de coopération dans le secteur agricole et forestier ; Ryad Mezzour : «Le Maroc aura son propre avion d’ici 2030» ; Enseignement de médecine: les étudiants maintiennent leur mouvement de grève … Voici une sélection de sujets traités par la presse nationale ce jeudi. 

Le Matin

Un appui sur mesure pour les entreprises industrielles et de services pour percer à l’international 

Les entreprises industrielles et de services ayant des ambitions à l’export ont jusqu’au 1er avril prochain pour soumettre leurs candidatures afin de bénéficier du programme «Go To Market», mis en place par l’État. Ce dernier se veut un accompagnement sur mesure, individualisé et différencié selon le profil de l’entreprise et articulé autour de ses ambitions et besoins réels et spécifiques dans le développement à l’international. L’État prend chaque année en charge, à hauteur de 80%, les dépenses éligibles liées aux opérations s’inscrivant dans le business plan de développement des exportations des entreprises bénéficiaires.

Le Matin

Permis de conduire : ce qui va changer à partir du 18 mars 2024 

L’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) mettra à jour le système d’examen pour l’obtention du permis de conduire. À partir du 18 mars 2024, la banque de questions passera de 600 à 1.000 questions pour permettre d’introduire des volets relatifs aux changements récents apportés au Code de la route. Les auto-écoles sont appelées à gérer la phase de transition pour réussir le passage entre l’ancien et le nouveau système.

Le Matin

Allemagne: lancement de la 2ème phase du projet de coopération dans le secteur agricole et forestier 

L’atelier du lancement officiel de la deuxième phase du projet de dialogue technique dans le secteur agricole et forestier (DIAF), a été organisé, mardi à Rabat, sous la présidence du secrétaire général du département de l’Agriculture, Redouane Arrach, et de l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Maroc. Initié via la signature d’une déclaration d’intention en avril 2019 et un accord de mise en œuvre en novembre 2019, le projet DIAF a connu un franc succès lors de sa première phase d’exécution de quatre années (2019 – 2023). Fort des réussites du projet, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, et le ministère Fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL) de la République Fédérale d’Allemagne, ont décidé de prolonger cette collaboration fructueuse pour une durée additionnelle de trois ans (2024-2026), communiqué du ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts.

Les Inspirations éco

Evolution des taux de crédit: quel impact sur les entreprises et les ménages ? 

Les taux d’intérêt bancaires au Maroc ont connu une légère hausse au 4e trimestre 2023, révélant un durcissement progressif des conditions de crédit. Si le taux global est resté stable à 5,36%, les crédits à la consommation et aux PME/TPE affichent des majorations plus marquées. Cette tendance au resserrement monétaire vise à contenir les tensions inflationnistes, tout en préservant le soutien de la politique accommodante de Bank Al-Maghrib à la demande intérieure.

Les Inspirations éco

Education: l’actualisation des curricula en marche 

Le secteur de l’éducation commence à se redresser progressivement. À Rabat, la Commission permanente chargée de moderniser et d’ajuster les programmes éducatifs vient d’être officiellement inaugurée par le ministre de l’Éducation nationale, Chakib Benmoussa. Le ministre a souligné l’importance de maintenir constamment à jour les programmes éducatifs et de les adapter aux avancées pédagogiques modernes. Il a affirmé que cette tâche est l’une des missions les plus vitales confiées à la Commission permanente chargée du renouvellement et de l’adaptation continus des curricula, programmes et formations. “Cette commission s’engage à élaborer un plan d’action intégré à court, moyen et long terme pour mettre en œuvre ses fonctions. Ce plan prendra en considération les projets de réforme prioritaires tout en soutenant le modèle social et de développement du Royaume”, précise-t-il.

L’Opinion

Le Royaume durcit sa position face à la poursuite d’un carnage insoutenable 

Cela fait cinq mois que la guerre menée par Israël à Gaza dure. Une guerre vindicative aux allures de punition collective d’une population désormais affamée, privée de l’aide humanitaire et acculée dans l’impasse du feu de Tsahal qui compte bombarder la région de Rafah, son dernier refuge. Dans un contexte aussi macabre, les appels se multiplient au sein de la Communauté internationale pour mettre fin à cette folie meurtrière, d’autant que l’armée israélienne s’est montrée jusqu’ici incapable de réduire à néant le Hamas. En réaction, le Royaume a durci sa position en appelant à la fin globale et durable de la guerre israélienne sur Gaza, au moment où se profile la possibilité d’une trêve durant le Ramadan.

L’Opinion

Couacs et impacts d’une décision mal calculée 

Il y a plus d’un mois, les autorités algériennes ont décidé de boycotter les ports marocains. Initialement actée pour parasiter l’économie marocaine, cette décision n’a fait que démontrer l’importance prépondérante qu’occupent ces ports, en particulier Tanger Med, dans le commerce international algérien. De par sa position géographique et ses capacités, les armateurs privilégient désormais ce port, qui, à son tour, permet le transbordement vers les autres pays. Même si la part du transbordement vers l’Algérie ne dépasse guère 0,02% du total de son activité, pour le voisin de l’Est, la facture n’en sera pas moins salée : renchérissement des coûts logistiques, délais plus longs, et surtout une image écornée vis-à-vis de ses partenaires commerciaux.

L’Opinion

Ryad Mezzour : «Le Maroc aura son propre avion d’ici 2030» 

L’industrie aéronautique marocaine, déjà florissante, est en pleine croissance. L’an dernier, elle a réalisé des exportations de l’ordre de 21,8 milliards de dirhams, soit environ 2,17 milliards de dollars. Actuellement, la production locale atteint 40%, un chiffre impressionnant qui témoigne de la compétence et de l’expertise des entreprises marocaines dans ce domaine. Airbus, géant mondial de l’aviation, a déjà installé des sites industriels au Maroc pour la fabrication de composants essentiels de ses avions, et d’autres sociétés telles que Figeac Aero ont également investi dans le pays. Le Maroc, qui occupe actuellement la 20ème place mondiale dans le secteur de l’aéronautique, est déterminé à aller plus loin. Ryad Mezzour, ministre de l’Industrie et du Commerce, a souligné que le Royaume est capable de produire n’importe quelle pièce d’avion, et l’ouverture de nouvelles unités de production, telles que celle de Figeac Aero, confirme cette ambition. Raison pour laquelle “le Royaume serait capable de concevoir et de fabriquer un avion 100% Made in Morocco d’ici 2030”, selon lui.

Al Bayane

Le PPS appelle le gouvernement à privilégier un “dialogue sérieux et fructueux” avec les étudiants en médecine 

Le bureau politique du PPS, qui a tenu sa réunion périodique mardi, a appelé le gouvernement à interagir de manière constructive et positive avec les revendications des professionnels de la santé qui constituent la pierre angulaire dans la réforme du système national de santé, dont la base est l’hôpital public. Concernant la situation des étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire qui boycottent depuis une longue période les cours et les examens, le Bureau politique du parti du Livre a exprimé sa profonde préoccupation face à cette situation anormale qui concerne les futurs médecins sur qui le Maroc fonde l’espoir de réduire le déficit criant en ressources humaines de santé dans notre pays. Le parti appelle également le gouvernement à faire preuve d’esprit de dialogue sérieux et fructueux avec les étudiants médecins. Il a d’autre part invité le gouvernement à mettre un terme définitif à toutes les décisions et mesures « disciplinaires » qui ont été prises à l’encontre d’un certain nombre d’enseignantes et d’enseignants ayant participé aux grèves et aux protestations qu’a connues le secteur de l’enseignement au cours des derniers mois, afin d’éviter de nouvelles tensions.

Al Bayane

Enseignement de médecine: les étudiants maintiennent leur mouvement de grève 

Les étudiants des facultés de médecine et de pharmacie du Royaume sont déterminés à maintenir leur mouvement de grève et prévoient d’organiser, ce jeudi 29 février 2024, un sit-in massif devant le siège du Parlement afin de faire entendre leurs revendications. Il faut dire que rien ne laisse présager une issue heureuse de cette crise déclenchée il y a environ deux mois. En fait, depuis novembre dernier, les étudiants des facultés de médecine ont décidé d’entamer une grève ouverte en réponse à la non-interactivité du département de tutelle avec leur dossier revendicatif. Lors d’une conférence de presse, tenue le 26 février, la Commission nationale des étudiants en médecine au Maroc, médecine dentaire et pharmacie a appelé les ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur à assumer leurs « responsabilités politiques» tout en les accusant d’avoir ignoré leurs revendications «légitimes ».

L’Economiste

Hydrojeel: l’UM6P lance son offensive pour l’énergie verte 

Une nouvelle entreprise voit le jour au Maroc, et elle promet d’avoir un impact majeur sur l’avenir énergétique du pays. Hydrojeel, une filiale d’Innovx affi- liée à l’Université Polytechnique Mohammed VI (UM6P), se lance dans l’aventure de l’hydrogène vert et de l’ammoniac vert. Portée par une équipe engagée, cette initiative représente un pas significatif vers un avenir plus durable et respectueux de l’environnement. Il s’agit d’un progrès notable, dans un contexte mondial où la transition énergétique occupe une place prépondérante, et où le Maroc se positionne en tant que pionnier avec une stratégie ambitieuse visant à renforcer sa souveraineté énergétique et à contribuer activement à la réduction des émissions de carbone. «Hydrojeel symbolise notre engagement envers la transition énergétique. Nous sommes déterminés à explorer les possibilités offertes par l’hydrogène vert et l’ammoniac vert pour façonner un avenir plus propre», indique Amine Houssaim, CEO d’Hydrojeel!

L’Economiste

Procès des élus de Fès: 15 ans ferme prononcés à l’encontre de 12 individus 

Après plusieurs heures de plaidoiries et une interminable attente de délibéré, la cour d’appel de Fès a rendu mercredi son verdict dans le procès de corruption qui a secoué la mairie de Fès en août dernier. Le député vice-maire (USFP) déchu, Abdelkader El Bouciri, a été condamné à 5 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 100.000 DH. De son côté, le maire (RNI), Abdeslam El Bekkali, a été acquitté. Il en est de même pour le secrétaire du conseil (RNI), Soufiane El Idrissi. Onze autres individus inculpés dans cette affaire ont écopé de peines allant de 3 mois à 3 ans de réclusion.

 

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

La revue de presse de ce jeudi 29 février

S'ABONNER
Partager
S'abonner