Flambée des prix des fruits et légumes après le retard des pluies

©DR

Le retard des pluies a provoqué une flambée des prix dans plusieurs régions du Royaume, notamment, celle de Marrakech-Safi où des hausses de trois à cinq dirhams ont été constatées.

 

Les prix des fruits et légumes connaissent des augmentations qui vont crescendo. En cause: les pluies qui tardent à venir. Lors d’une visite des marchés de gros de Marrakech et des villes avoisinantes de Kelaâ des Sraghna, Safi et Chichaoua, le quotidien arabophone Al Massae a constaté une hausse des prix de trois dirhams à cinq dirhams par kilogramme.

 

 

Lire aussi: Alerte météo: fortes pluies et chutes de neige dimanche et lundi dans plusieurs régions

 

Selon le quotidien, les prix des tomates ont atteint 5 DH le kilo, les pommes de terre 6 DH et les prix des oignons se sont élevés à 5 DH pendant que le kilo des haricots verts a grimpé jusqu’à 12 DH et 14 DH sur certains marchés de Marrakech.

S’agissant des petits-pois, leur prix oscille à présent entre 13 et 15 DH/Kg tandis que celui des concombres a atteint 5 DH.

 

Jusqu’à 50% de hausse

 

A travers le passage en revue des prix sur les plus importants marchés de Chichaoua, Safi et Kalaat des Sraghna, il s’est avéré que la hausse des prix des légumes les plus convoités oscille entre 25 et 50%, indique la même source.

 

Lire aussi: Alerte météo: fortes pluies et chutes de neige dimanche et lundi dans plusieurs régions

 

Concernant les fruits, le quotidien arabophone rapporte dans son édition du jeudi 14 novembre qu’ils ont connu une hausse qui varie entre 3 et 5 DH/Kg. Ainsi, le prix des bananes a atteint 8,5 DH dans plusieurs marchés de gros après que son prix dans ces marchés ne dépassait pas 7 DH et ceux des agrumes et en particulier les mandarines ont atteint 9 à 10 DH.

Selon des grossistes, les hausses enregistrées ces derniers jours sont essentiellement dues au retard des pluies et la persistance de la sécheresse dans la plupart des régions agricoles productrices des légumes.

Selon le quotidien arabophone, les observateurs s’attendent à ce que les précipitations attendues cette semaine dans les régions agricoles provoquent une baisse des prix.