Détournement de fonds: les dirigeants de la CAF mis en cause après la fuite d’un rapport d’audit

487

Un audit de l’instance dirigeante du football en Afrique a révélé des irrégularités financières avoisinant plusieurs millions de dollars, ainsi que des cadeaux et prestations sans justificatifs. Une affaire qui risque de faire tomber de nombreuses têtes.

Le conseil d’administration de l’organe directeur, la Confédération Africaine de Football, a accepté l’année dernière un examen indépendant de ses opérations après des accusations d’actes répréhensibles financiers formulées par un groupe d’anciens dirigeants de l’organisation basée au Caire, rapporte le quotidien américain New York Times.

Pour rappel, son président, Ahmad Ahmad, fait également l’objet d’une enquête éthique de la part de l’organe directeur mondial du football, la FIFA, et des autorités françaises.

Un rapport de 55 pages du cabinet d’expertise comptable PWC, engagé pour auditer la confédération, brosse un tableau peu reluisant qui risque de conduire à des demandes d’action rapide contre les dirigeants de la confédération. Les auditeurs ont constaté des problèmes dans tous les domaines, notamment en ce qui concerne la distribution de millions de dollars de fonds de développement du football envoyés à l’organisme de football africain par la FIFA.

 

Lire aussi: Ahmad Ahmad de nouveau impliqué dans une affaire de corruption

 

Le rapport mentionne également le paiement de cadeaux et, dans au moins un cas, pour l’organisation de funérailles. « J’ai été choqué et consterné, bien que mes craintes soient maintenant confirmées », a déclaré Musa Bility, un ancien directeur du football au Libéria qui avait demandé l’audit en mai avant d’être banni par la FIFA pour détournement de fonds, des allégations qu’il a niées.

Blocages

 

Le rapport indique ainsi que la FIFA a remis un total de 51 millions de dollars à la CAF de 2015 à 2018 et que depuis lors, environ 24 millions de dollars de ce montant ont été décaissés par des responsables africains du football. En examinant 40 paiements totalisant 10 millions de dollars, les enquêteurs ont constaté que seulement cinq des paiements, totalisant 1,6 million de dollars, disposaient de documents suffisants pour confirmer la destination exacte de ces paiements. Les autres manquaient d’informations qui, dans certains cas, ne permettaient pas d’identifier les bénéficiaires des fonds. Les vérificateurs ont écrit qu’ils avaient essuyé plusieurs blocages dans leur travail dans de nombreux cas parce que les dossiers «ne sont pas fiables en raison de plusieurs ajustements manuels».

Les révélations interviennent une semaine après que la FIFA a annoncé qu’une mission dirigée par sa secrétaire générale, Fatma Samoura, destinée à rétablir l’ordre au sein de l’organe directeur du football africain, avait été achevée et que l’administrateur retournerait à son siège à Zurich.

La FIFA a jusqu’à présent refusé de commenter l’information.