Ordre des noms Mondial 2030: l’Espagne n’apprécie pas que le Maroc passe avant

Publié le
Mondial 2030: combien devrait coûter l’organisation au Maroc ?
© DR.

Après le fameux débat sur l’heureux pays qui va abriter la finale de la grand-messe du ballon rond en 2030, l’ordre des noms des pays hôtes, adopté par la FIFA, n’est pas du goût des Espagnols.

Il s’agit du débat qui préoccupe, en ce moment, certains esprits espagnols: Pourquoi la FIFA a-t-elle décidé de placer le Maroc, avant l’Espagne et le Portugal dans l’ordre des noms des pays hôtes du mondial 2030?

C’est la question à laquelle le pure-player El Español s’est employé à déchiffrer. “Cet agencement des noms des pays a été vue, pour la première fois, lors de la signature de la lettre d’intention des trois pays pour accueillir la Coupe du Monde”, le samedi 28 novembre à Rabat, précise le média.

Effectivement, « Maroc, Portugal et Espagne » était la dénomination de la candidature qui a été adoptée lors de cet événement organisé au complexe Mohammed VI de football la semaine dernière. « Ce qui a surpris tant les initiés que les observateurs extérieurs”, semble s’indigner ce média du voisin du nord.

Cet avis est partagé par El Confidencial. Sous le titre provocateur « Du Sahara au mondial, la candidature ibérique est validée au Maroc”, l’auteur estime que Rabat a pris le dessus dans ce dossier.

A cet effet, l’article s’interroge sur le fait qu’un outsider, à savoir le Maroc, qui n’était même pas prévu dans la candidature initiale est devenu celui qui donne le la. Seulement, El Confidencial a la mémoire courte, ou plutôt sélective. Flash-back.

L’offrande de Sanchez 

Nous sommes en novembre 2018. Durant son premier déplacement sous nos latitudes en tant que chef du gouvernement, Pedro Sanchez proposa au roi Mohammed VI une candidature conjointe pour l’organisation la coupe du Monde dans son édition 2030.

Une proposition aux allures d’un “offrande” de la part du nouveau chef de l’Exécutif espagnol pour fumer le calumet de la paix avec le Maroc et entamer son mandat sur un bon pied. D’ailleurs, l’on se souvient comment l’annonce avait pris de court le Portugal, lequel méconnaissait les dessins d’un Sanchez fort exalté.

À présent, certaines voix crient à un changement dans l’ordre des noms « commandité » par le Maroc, très proche des instances de la haute instance sportive grâce aux liens étroits de Faouzi Lekjaa, le patron de la FRMF avec le patron de la FiFa, Gianni Infantino. Etant les promoteurs de cette candidature, les Espagnols estiment qu’il est, somme toute, logique que le nom de leur pays soit en tête, avant celui des co-organisateurs.

Toutefois, la norme veut que, à chaque fois qu’il y a plusieurs organisateurs, la FIFA opte pour classer les noms par ordre alphabétique en adoptant l’appellation dans sa version anglaise, afin d’éviter toute controverse. C’est de la sorte que le premier cas a eu lieu en 2002, lorsque la Coupe du Monde s’est déroulée en Corée et au Japon. Dans le cas échéant, cela a donnée « Morocco, Portugal and Spain« . Une disposition différente du castillan, où la position des noms est inversée.

« Cela ne signifie pas que le Maroc accueillera la finale. Ces dernières semaines, il y a eu beaucoup de spéculations sur la possibilité que le pays africain organise ce match pour le titre de la Coupe du Monde 2030 après avoir rendu public son méga-stade », semble se consoler El Español.

Cependant, tout cela ne rassure guère de l’autre côté de la Méditerranée, tout au contraire. Pour El Confidencial,“tout est en suspens certes, mais clairement avec les Marocains qui tracent la voie à suivre”!

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Ordre des noms Mondial 2030: l’Espagne n’apprécie pas que le Maroc passe avant

S'ABONNER
Partager
S'abonner