Vaccin : accord entre CureVac et le Royaume-Uni pour travailler sur les variants

272

La société allemande de biotechnologie CureVac, qui développe un vaccin à ARN messager contre le Covid-19, a annoncé vendredi un accord avec le gouvernement britannique pour développer et fabriquer des candidats vaccins contre les variants du coronavirus.

CureVac travaillera avec le groupe de travail gouvernemental dédié aux vaccins « pour évaluer plusieurs variants du virus et générer plusieurs candidats vaccins contre ceux sélectionnés », selon un communiqué de la biotech allemande.

Des études cliniques seront ensuite menées au Royaume-Uni afin d’obtenir l’approbation des candidats vaccins sélectionnés contre les variants les plus menaçants.

Dans le cadre de cet accord, CureVac s’engage aussi à « fournir 50 millions de doses » de ces potentiels vaccins au Royaume-Uni, « sous réserve de l’approbation réglementaire ».

« Tous les candidats vaccins qui en résulteront seront fabriqués et distribués au Royaume-Uni et dans ses territoires d’outre-mer et dépendants », précise le communiqué.

CureVac, qui se trouve actuellement en phase 3 d’essais cliniques de son vaccin contre le Covid-19 dont il espère l’homologation dans les prochains mois, avait annoncé mercredi une alliance avec le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline pour travailler sur la prochaine génération de vaccins, ciblant les variants du coronavirus.

Les deux partenaires espèrent proposer ces vaccins dès 2022.

La Grande-Bretagne, qui a autorisé les trois vaccins actuellement disponibles dans ce pays avec plusieurs semaines d’avance sur l’Union européenne, a également mené tambour battant sa campagne de vaccination et déjà vacciné plus de dix millions de personnes.

« L’accord conclu aujourd’hui aidera à garantir que le Royaume-Uni est préparé au mieux contre l’émergence de toute nouvelle variante importante du virus », a indiqué dans le communiqué le Dr Clive Dix, un responsable de la task force britannique sur la vaccination.

Moderna a assuré que son vaccin était efficace contre le variant britannique et contre le sud-africain, mais dans une moindre mesure.

Pfizer et BioNTech ont affirmé dans la foulée que leur vaccin restait efficace contre les principales mutations des variants anglais et sud-africain.