Tariq Ramadan « n’est pas le bienvenu » à Montpellier

229
La conférence prévue avec l’universitaire suisse le 28 décembre prochain à la mosquée Aïcha de Montpellier, en France, a finalement été annulée, à la suite de la vive polémique suscitée autour de sa venue.  
Plusieurs médias français rapportent que Mohamed Khattabi, imam de la mosquée Aïcha de Montpellier, a finalement annulé la rencontre avec Tariq Ramadan organisée dans la salle de prières du quartier de Garosud dépendant de l’association Aïcha.

L’annonce de l’invitation de l’islamologue mis en examen pour viol avait provoqué l’indignation de plusieurs acteurs civils et politiques, notamment le maire de la ville Philippe Saurel qui indiquait avoir saisi les services de l’Etat afin qu’ils examinent tous les recours possibles d’une annulation administrative.

 

Lire aussi : L’enquête sur Tariq Ramadan élargie à de nouveaux soupçons de viol

 

« C’est une invitation à caractère privé, on n’a rien d’autre à dire là-dessus » a-t-on répondu à la préfecture, des propos rapportés par le média local Midi Libre. « On n’a aucun levier administratif. Des arrêtés similaires ont déjà été annulés par la justice », indiquait également un observateur auprès du site français.

Pourtant, l’association a finalement cédé aux tensions ambiantes. «Nous nous rangeons du côté de l’avis des autorités publiques, en particulier celui de Monsieur Saurel, maire de Montpellier, et de Monsieur Jacques Witkowski, préfet de l’Hérault, afin de garantir le cadre paisible et serein dans lequel nous vivons dans notre commune», explique le communiqué partagé par l’association sur sa page Facebook, représentée par son président Driss El Youssfi. «L’association Aïcha ne veut en rien créer un quelconque trouble à l’ordre public, et mettra tout en œuvre pour que la sécurité et la sérénité, valeurs chères à notre association, soient de retour.»

Mise à jour à partager.

Publiée par Projet Aïcha sur Mercredi 18 décembre 2019

Le communiqué justifie également l’annulation de la prise de parole de Tariq Ramadan par la récente connaissance d’ « un certain nombre d’éléments nouveaux ». Les commentaires des internautes sont mitigés. Certains regrettent cette décision, s’interrogeant sur la teneur de ces « éléments nouveaux » invoqués, y voyant là une « condamnation avant que la justice se prononce » et rappelant ainsi la présomption d’innocence. D’autres se réjouissent que l’argument du potentiel « trouble à l’ordre public » ait encore gagné.

Pour rappel, le thème de la conférence annulée était « le sens des épreuves personnelles et collectives ». Dans une interview sur la chaîne TV France 3, Mohamed Khattabi déclarait que « le nom de Ramadan crée des remous, certes ». Et d’ajouter: « On n’a rien à gagner dans cette invitation. Mais comme il sort d’une année difficile avec emprisonnement notamment, nous voulons savoir ce que ces épreuves ont changé pour lui, dans son comportement, sa façon de penser, de voir la religion et de la pratiquer aussi. Ça doit reformater l’esprit. »