Navalny: l’Allemagne dénonce l’expulsion de diplomates et menace de représailles

262

L’expulsion par Moscou de diplomates européens, liée à l’affaire Navalny, est « injustifiée », a dénoncé vendredi le gouvernement allemand en menaçant de possibles représailles.

La chancelière Angela Merkel a fustigé « une expulsion injustifiée », montrant selon elle « une facette supplémentaire de ce qui se passe actuellement en Russie et qui a peu à voir avec un Etat de droit », lors d’une conférence de presse conjointe avec Emmanuel Macron.

Le président français s’est lui-même dit « totalement en ligne et solidaire (de l’Allemagne) sur ce qu’il se passe en Russie » et condamné « avec la plus grande fermeté » l’expulsion des diplomates.

Moscou a déclaré vendredi persona non grata des diplomates d’Allemagne, de Pologne et Suède accusés d’avoir participé à une manifestation en faveur de l’opposant incarcéré Alexeï Navalny, annonce intervenant le jour de la visite du chef de la diplomatie européenne.

Mme Merkel a toutefois redit, malgré ses critiques, son attachement au projet controversé Nord Stream 2, un gazoduc qui reliera la Russie et l’Allemagne. Il convient toutefois, selon elle, d’éviter toute « dépendance énergétique » à l’égard de Moscou.

« Il est nécessaire de parler avec la Russie », a-t-elle fait valoir.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a lui aussi condamné en des termes très fermes l’expulsion de diplomates européens.

« La décision de la Russie d’expulser plusieurs diplomates de l’UE, dont un employé de l’ambassade (allemande) à Moscou, n’est en aucun cas justifiée et nuit encore davantage aux relations avec l’Europe », a-t-il dénoncé dans un communiqué.

« Le diplomate allemand en question ne faisait que remplir son devoir, en vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, à savoir obtenir des informations par des moyens légaux sur l’évolution de la situation sur le terrain », a expliqué M. Maas.

« Si la Fédération de Russie ne reconsidère pas cette mesure, elle ne restera pas sans réponse », a menacé le chef de la diplomate allemande.

Quelques heures plus tôt, le chef de la diplomatie européenne Josep Borell avait jugé que les relations avec la Russie était au « plus bas » du fait de l’empoisonnement et de l’emprisonnement d’Alexeï Navalny.