Maroc-Israël: bientôt des groupes de travail dans de nombreux domaines

258

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, s’est entretenu, vendredi au téléphone, avec le Conseiller à la sécurité nationale israélienne, Meir Ben Shabbat, sur nombre de questions d’intérêt commun.

Lors de cet entretien, qui fait suite à l’appel téléphonique entre le roi Mohammed VI et le premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahu, les deux responsables ont convenu de mettre en place des groupes de travail qui s’attèleront à la conclusion d’accords de collaboration dans de nombreux domaines, notamment les investissements, l’agriculture, l’eau, l’environnement, le tourisme, la science, l’innovation et l’énergie.

Du fait de la pandémie du covid-19, ces groupes de travail se réuniront en ligne. Cependant, une délégation marocaine de haut niveau se rendra en Israël dès que possible, peut être en février, pour finaliser les termes de ces accords.

Une délégation israélienne, menée par Ben Shabbat, est également attendue au Maroc durant le mois de février.

Les entretiens entre Bourita et Ben Shabbat ont été l’occasion d’évoquer le grand potentiel de collaboration qui profitera non seulement au Maroc et à Israël, mais aussi à toute la région.

Sollicité par l’AFP, le ministère marocain des Affaires étrangères a confirmé ces informations.

 

Lire aussi : Israël a rouvert aujourd’hui sa mission diplomatique au Maroc

 

Pour rappel, le Maroc a été le quatrième pays arabe à annoncer en 2020 la normalisation de ses relations avec Israël, après les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, sous l’impulsion de l’administration de l’ancien président américain Donald Trump.

Mardi, l’Etat hébreu a annoncé la réouverture d’une mission diplomatique à Rabat, 20 ans après la fermeture de sa représentation.

Les deux pays avaient signé en décembre dans la capitale marocaine un accord de normalisation de leurs liens parrainé par les Etats-Unis, avec des accords bilatéraux centrés sur les liaisons aériennes directes, la gestion de l’eau, les connexions des systèmes financiers et un accord d’exemption de visa pour les diplomates.