Les théories complotistes particulièrement présentes dans la désinformation sur les vaccins

372
DR.

« Quand les gens ne peuvent avoir accès facilement à une information fiable sur les vaccins et quand la défiance envers les personnes et institutions liées aux vaccins est importante, la désinformation vient très rapidement remplir ce vide » et insuffler progressivement une méfiance grandissante contre les vaccins, a relevé First Draft dans une étude jeudi.

First Draft a établi une typologie des différentes infox liées à la vaccination circulant sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram et Facebook) en anglais, français et espagnol.

A partir de quelque 14 millions de publications comportant les mots « vaccin » ou « vaccination » publiées entre mi-juin et mi-septembre, l’ONG a utilisé un échantillon de 1.200 « posts » les plus viraux, ayant eux-mêmes suscité plus de 13 millions d’interactions (« likes », partages, commentaires….).

« Deux sujets étaient dominants dans les (trois) langues », les « motivations politiques et économiques derrière les vaccins » et « la sécurité et la nécessité des vaccins », a relevé First Draft, qui s’inquiète de l’impact possible de la désinformation sur l’acceptation des vaccins en général et du futur éventuel vaccin contre le Covid en particulier.

« Les théories du complot » sur la vaccination « sont surreprésentées sur les réseaux sociaux », particulièrement dans les publications francophones, où l’on « retrouve plus de publications liant les vaccins à des théories complotistes qu’à des questions morales ou religieuses ou à des inquiétudes sur les libertés civiles ».

 

Lire aussi: Covid: 500 millions pour l’accès aux vaccins attendus au Forum de la Paix à Paris

 

First Draft note aussi que ces théories ne sont pas limitées à « des groupuscules marginaux » mais « entrent en résonance avec le mouvement des +Gilets Jaunes+, les libertariens, les groupes New Age » par exemple avec des termes comme « puce électronique » ou « état profond » devenant « de plus en plus populaires ».

L’idéologie « libertarienne » -d’origine américaine- prône la liberté individuelle maximum contre institutions et gouvernements. Egalement répandue aux Etats-Unis, la théorie d’un « état profond » soutient qu’il existe une sorte de pouvoir invisible détenu par quelques uns œuvrant dans l’ombre pour leurs intérêts au détriment des populations.

Toutes langues confondues, First Draft a observé des alliances « idéologiquement incongrues » (libertariens, anti-vaccins, groupes New Age, l’extrême droite avec QAnon…) qui se retrouvent « unies » pour « s’opposer à un futur vaccin contre le Covid ».