Le Nobel de la paix au Programme alimentaire mondial

333
Crédit: DR.

Le Nobel de la paix a couronné vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies qui, du Yémen à la Corée du Nord, nourrit des dizaines de millions de bouches dans un monde où la faim, redoutable « arme de guerre », devrait encore progresser du fait du Covid-19.

Opérant aussi bien par hélicoptère qu’à dos d’éléphant ou de chameau, le PAM se présente comme « la plus grande organisation humanitaire », une nécessité puisque, selon ses estimations, 690 millions de personnes –-une sur 11– souffraient sous-alimentation chronique en 2019. Et sans doute davantage cette année à cause de la pandémie.

Le PAM est récompensé pour « ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à empêcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre », a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen.

Un porte-parole de l’organisation onusienne a fait part d’un « moment de fierté » avec ce prix.

 

Lire aussi: Le Nobel de littérature sacre la poétesse américaine Louise Glück

 

Fondé en 1961 avec son siège à Rome et financé intégralement par des contributions volontaires, le PAM dit avoir distribué 15 milliards de rations et assisté 97 millions de personnes dans 88 pays l’an dernier.

Un chiffre vertigineux mais qui ne représente qu’une fraction du besoin total. Malgré les progrès enregistrés ces trois dernières décennies, l’objectif établi par l’ONU d’éradiquer la faim d’ici 2030 semble hors d’atteinte si les tendances actuelles se poursuivent, selon les experts.

Femmes et enfants sont bien souvent les catégories les plus vulnérables.

Par définition ennemi déclaré du Nobel de la paix, la guerre peut être à la fois la cause et la conséquence de la faim: les populations vivant dans des pays touchés par des conflits sont nettement plus susceptibles d’être sous-alimentées, selon l’organisation.

« Il n’y a pas 1.000 façons de procéder », déclarait le directeur général du PAM, l’Américain David Beasley, le 21 septembre. « Le seul moyen d’en terminer avec la faim, c’est de mettre fin aux conflits ».

– ‘famines de proportions bibliques’ –

Le Yémen en fournit une preuve tragique. Tant les Nations unies que les ONG y tirent l’alarme sur les conséquences désastreuses du conflit qui oppose depuis 2015 le gouvernement, appuyé par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, et les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran.

Les combats ont fait des dizaines de milliers de morts, pour la plupart des civils selon les ONG, déplacé trois millions de personnes, et poussé le pays au bord de la famine. Deux-tiers des 30 millions d’habitants « ne savent pas de quoi sera fait leur prochain repas », selon le PAM.

L’horizon pour la planète s’est encore assombri cette année avec le choc sanitaire et économique causé par la pandémie de Covid-19, qui cause des pertes de revenus en cascade, renchérit les aliments et perturbe les chaînes d’approvisionnement.

 

Lire aussi: Le Nobel de chimie à deux chirurgiennes des gènes

 

« Nous pourrions être confrontés à de multiples famines de proportions bibliques en quelques mois », prévenait David Beasley dès avril.

La récession mondiale due au virus risque de pousser vers la faim entre 83 et 132 millions de personnes supplémentaires, estimait l’ONU dans un rapport publié à la mi-juillet.

« Le Programme alimentaire mondial aurait été un lauréat digne du prix sans la pandémie mais la pandémie et ses conséquences renforcent absolument les raisons pour ce prix », a dit Mme Reiss-Andersen devant une audience réduite à moins d’une dizaine de journalistes, Covid-19 oblige.

Face aux tentations de replis nationalistes, la présidente du comité Nobel, arrivée en béquilles à cause d’une fracture de la jambe, a souligné l’importance de trouver des « solutions multilatérales pour combattre les défis mondiaux ».

C’est la 12e fois que le prix de la paix consacre l’ONU, une de ses agences ou une personnalité qui y est liée — plus que tout autre lauréat.

Le virus va chambouler les conditions dans lesquelles le PAM empochera son Nobel.

Si la situation sanitaire le permet, le prix –un diplôme, une médaille d’or et un chèque de 10 millions de couronnes (près de 950.000 euros)– lui sera remis en personne lors de festivités au format nettement réduit le 10 décembre à Oslo.

Dans le cas contraire, il faudra se contenter d’une cérémonie à distance via des moyens numériques.