La France expérimente un pass sanitaire avant d’embarquer dans les avions

313

A l’aéroport parisien d’Orly est expérimenté depuis jeudi le « pass sanitaire » pour les passagers embarquant pour la Corse, un sésame qui doit faciliter la reprise du trafic tant attendue pour l’été.

Ce dispositif, testé pour les vols à destination de la Corse, préfigure ce que pourrait être le futur certificat sanitaire européen qui doit faciliter le franchissement des frontières.

L’application française de traçage des malades du Covid TousAntiCovid intègre donc désormais un carnet permettant de prouver le résultat négatif d’un test de détection du virus responsable du Covid-19.

A l’embarquement du vol d’Air Corsica pour Ajaccio, en Corse, qui n’est qu’à moitié plein, une dame présente à l’hôtesse son téléphone sur lequel s’affiche un QR code, certifiant son test PCR négatif transmis par le laboratoire.

Quelques secondes plus tard, elle peut monter à bord sans avoir eu à sortir toute une paperasse fastidieuse à vérifier pour le personnel aéroportuaire.

« Il y a déjà 1.000 QR codes flashés », depuis le début de l’expérimentation jeudi. « Nous n’avons pour l’instant rencontré aucun problème, les choses se passent bien », confie Cédric O, secrétaire d’État français chargé du Numérique.

 

Fluidifier les passages aux frontières

 

« La France est le premier pays européen à déployer ce pass. On espère pouvoir faire en sorte que les choses soient généralisées d’ici courant juin dans ce cadre européen qui doit fluidifier les passages aux frontières », ajoute-t-il.

L’expérimentation doit s’étendre dans les prochaines semaines aux destinations outre-mer puis vers l’Allemagne, l’Espagne ou encore les Pays-Bas.

Pour le ministre français des Transports Jean-Baptiste Djebbari, cette application permet d' »éviter ces phénomènes de queues avec les différents documents que vous devez présenter avant d’embarquer ou avant de déposer vos bagages, de faciliter la vie des passagers ». Et d’éviter les fraudes.

Le dispositif a vocation à être standardisé au plan européen. « L’Union européenne a demandé à l’ensemble des pays d’être prêts pour le 17 juin », selon Cédric O.

Chaque pays « aura son application, évidemment dans un format interopérable entre les pays européens », selon M. Djebbari.

Alors que le trafic reprend aux Etats-Unis et en Chine, il reste moribond en Europe, en raison de situations sanitaires et de restrictions de passages aux frontières disparates.

Le pass pourrait redonner du souffle à l’application française traçage des malades TousAntiCovid (ex StopCovid), téléchargée par 15 millions de personnes depuis juin 2020 et a notifié 180.000 personnes d’un risque d’exposition au Covid-19.