Khamenei traite l’Allemagne, la France et l’Angleterre de « valets de l’Amérique »

DR.

 Le guide suprême iranien Ali Khamenei a dénoncé vendredi la « lâcheté » des gouvernements britannique, français et allemand face aux Etats-Unis sur le dossier du nucléaire iranien.

Selon la ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer, les Etats-Unis ont menacé d’imposer des droits de douane sur les automobiles européennes pour pousser les Européens à déclencher le mécanisme de règlement des différends (MRD) prévu par l’accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Ce pacte, passé entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne), menace de voler en éclats depuis que le président américain Donald Trump l’a dénoncé unilatéralement en 2018, avant de rétablir de lourdes sanctions économiques contre Téhéran.

En riposte, Téhéran s’est affranchi depuis mai de points clef de ce texte limitant drastiquement ses activités nucléaires.

Les trois Etats européens (France, Allemagne, Grande-Bretagne) parties à l’accord de Vienne ont annoncé mardi avoir déclenché le MRD pour tenter de contraindre Téhéran à revenir à l’application totale de ce texte.

« Eclipser la mort de Soleimani »

Dans un sermon prononcé lors de la grande prière hebdomadaire musulmane qu’il a dirigée vendredi à Téhéran, l’ayatollah Khamenei a accusé les gouvernements de l’Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne de « menacer l’Iran (de porter) le dossier nucléaire (iranien) devant le Conseil de sécurité » des Nations unies.
Selon le numéro un iranien, le déclenchement du MRD intervient pour « éclipser » la mort du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué à Bagdad le 3 janvier par un tir de drone américain, et les représailles de l’Iran, qui a envoyé des missiles sur deux bases abritant des Américains en Iran le 8 janvier, blessant 11 soldats américains.

« Ces trois pays sont ceux qui ont aidé Saddam Hussein du plus qu’ils le pouvaient pendant la guerre imposée », a ajouté l’ayatollah, en référence à la guerre Iran-Irak (1980-1988).

« Il est prouvé maintenant (…) qu’ils sont au vrai sens du terme les valets de l’Amérique, et ces gouvernement lâches attendent que l’Iran se soumette », a-t-il encore dit.

« Même quand ils négocient, leurs paroles sont ternies par le sceau de la tromperie (…) ces gens assis à la table des négociations, ces gentlemen (en anglais dans le texte, NDLR), sont (les mêmes) que les terroristes (ayant assassiné Soleimani) à l’aéroport de Bagdad, ils ont juste changé de costume (…) on ne peut pas leur faire confiance », a asséné Khamenei.