Irak: l'imam chiite Moktada Al Sadr en tête des législatives

C. AFP

Les Irakiens ont créé la surprise en plaçant lundi en tête des législatives, selon des résultats encore partiels, deux listes anti-système, loin devant le Premier ministre Haider al-Abadi, pourtant crédité d’un large soutien international et de la récente victoire face aux jihadistes.
Ces premiers résultats officiels du scrutin de samedi n’incluent pas les votes des forces de sécurité, des Irakiens de l’étranger et des déplacés, et leur prise en compte est encore susceptible de changer la donne.
Mais, pour le moment, à la surprise générale, les deux mouvements en tête sont celui du chef nationaliste chiite Moqtada Sadr, qui s’est rapproché de l’Arabie saoudite au grand dam de Téhéran, et le Hachd al-Chaabi, des supplétifs de l’armée proches de l’Iran.
Lire aussi : Législatives en Irak: 24,5 millions d'Irakiens se rendent aux urnes pour élire un nouveau Parlement
Ils ont tous deux adopté dans le passé une rhétorique hostile aux Etats-Unis, allant même jusqu’à les affronter militairement, avant de faire front commun avec eux pour bouter le groupe Etat islamique (EI) hors du pays.
Ces scores surprise interviennent au moment même où les Etats-Unis et l’Iran sont à couteaux tirés après le retrait par le président américain Donald Trump de l’accord sur le nucléaire iranien.
En 2014, Washington et Téhéran s’étaient tacitement accordés sur le nom de Haider al-Abadi, écartant son rival au sein du parti Daawa Nouri al-Maliki, dont le projet de revenir aux commandes a échoué.
L’Iran n’a pas encore réagi à ces résultats partiels.