France : interdiction du téléphone mobile dans les écoles et collèges dès la rentrée prochaine

448

Le portable sera interdit dans les écoles et collèges français dès la rentrée prochaine. Les députés français ont adopté cette proposition de loi, portée par la république en marche.
Les députés français ont adopté, jeudi, une proposition de loi visant à interdire l’usage du téléphone mobile et tout autre outil de communication électronique (tablette, montre connectée et toute future invention de ce type) par les élèves dans les écoles et les collèges dès la rentrée prochaine.
Le texte, présenté par le parti La république en marche (LRem) du président Emmanuel Macron, prévoit cependant des exceptions à cette interdiction pour des considérations d’ordre pédagogique ou dans les lieux où le règlement intérieur autorise expressément l’utilisation du téléphone mobile.
«Toutes les études internationales le montrent: cette addiction aux écrans fait des dégâts», a fait valoir le ministre français de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer.
«Les chefs d’établissement pourront vous le dire: une cour sans téléphone portable, c’est une cour où les enfants jouent, discutent, chahutent, où ils vivent leur vie d’enfant», a-t-il fait remarquer.
Selon l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), 93% des 12-17 ans disposaient d’un téléphone portable en 2016. Les deux tiers des 11-14 ans sont inscrits sur au moins un réseau social, où ils sont plus de quatre sur dix à mentir sur leur âge, révèle en outre une enquête conjointe de la commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) et de l’association Génération numérique datant de 2017.
Un débat était engagé depuis plusieurs mois en France entre partisans et adversaires de l’interdiction du téléphone portable dans les établissements scolaires.
Alors que le gouvernement voit dans cette mesure «le moyen de protéger nos élèves de la dispersion occasionnée par les écrans et les téléphones», les associations de parents d’élèves s’interrogeaient sur la faisabilité de cette mesure.
«En Conseil des ministres, nous déposons nos portables dans les casiers avant de nous réunir. Il me semble que cela est faisable pour tout groupe humain, y compris une classe», avait soutenu notamment le ministre de l’Education nationale.