France: deux hommes soupçonnés de diffuser la propagande de Daech sur Telegram arrêtés

Ces deux personnes ont été mises en examen et placées en détention provisoire pour association de malfaiteurs terroriste début décembre.

Deux hommes originaires du Nord (59) ont été arrêtés près de Roubaix: ils ont été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste et placés en détention provisoire en région parisienne le 8 décembre dernier, rapporte Europe 1 ce mercredi matin. Une information confirmée par une source judiciaire au Figaro.

Depuis des mois, Abdel K. et Florentin L. diffusaient de la propagande pro-Daech sur Telegram, l’application de messagerie souvent utilisée par les djihadistes. À raison de plusieurs heures par jour, ils envoyaient messages, images et vidéos faisant l’apologie de l’État islamique sur des «chaînes» de discussions qui regroupaient entre 30 et 50 membres. Ces faits auraient pu relever de l’apologie du terrorisme mais les juges ont préféré retenir la qualification d’associations de malfaiteurs, au regard de l’intensité de leur activité de propagande. Tous deux risquent jusqu’à 20 ans de prison.

Des liens avec Daech en zone irako-syrienne

Leur objectif était simple: glorifier l’État islamique et recruter de nouveaux relais. Abdel K., 31 ans, était d’ailleurs en lien avec des responsables de la propagande de Daech en zone irako-syrienne. S’il ne s’est jamais rendu sur place, il a effectué un séjour de quelques semaines en Égypte avant l’été. À cette période-là, il animait jusqu’à 10 chaînes Telegram différentes. Lorsqu’il a été arrêté le 4 décembre dernier, deux de ces groupes fonctionnaient encore. Il était en lien avec Florentin L., 18 ans, moins actif sur l’application. Ce dernier faisait ses études à Roubaix et vivait entre la France et la Belgique où vivait une partie de sa famille.

Pour rappel, beaucoup de djihadistes utilisent l’application Telegram pour s’échanger des images de propagande et des conseils. Amaq, l’organe de communication de l’État islamique, avait par exemple plusieurs «chaînes» en différentes langues sur l’application. De même, Adel Kermiche, l’un des terroristes de Saint-Etienne-du-Rouvray, avait créé sa propre chaîne Telegram, suivie par près de 200 personnes. Il s’en servait pour diffuser des messages audio ou pour poser des questions à ses abonnés. Il avait même prévu de relayer des photos et des vidéos de son projet mortifère. Rachid Kassim, connu pour être un recruteur important de l’État islamique et mort en début d’année, a lui aussi beaucoup utilisé l’application. Détenteur de plusieurs «chaînes» de discussions, dont la principale s’appelait «Sabre de lumière», il incitait ses jeunes recrues à passer à l’acte en perpétrant des attaques.