France: deux blessés après des coups de feu devant une mosquée

200
L'imam de la mosquée Sunna de Brest, Rachid El Jay, compte parmi les deux blessés. DR

Des coups de feu ont été tirés jeudi devant une mosquée de Brest et deux personnes ont été blessées, sans que leurs jours ne soient en danger, a annoncé la préfecture du Finistère.

Les faits se sont produits peu après 16H00 à l’extérieur de la mosquée située dans le quartier de Pontanézen, dont l’imam n’est autre que Rachid El Jay, appelé également Rachid Abou Houdeyfa, très présent sur les réseaux sociaux et ayant déjà créé la polémique.

L’auteur ou les auteurs des coups de feu ont fui à bord d’une Clio grise, retrouvée peu après par les forces de l’ordre mais vide, selon des sources proches de l’enquête.

Le quartier a été bouclé et la préfecture demande, dans un communiqué, de ne pas se rendre sur place « pour permettre le bon déroulement des opérations ».

« Les deux blessés ont été conduits aux urgences, leur pronostic vital ne serait pas engagé », selon la préfecture. L’un a été touché à l’abdomen et l’autre à la jambe, selon des sources proches du dossier. Les balles seraient de calibre 9 mm.

Selon le site Le Télégramme, l’une des deux victimes serait l’imam Rachid El Jay et la seconde serait l’un de ses proches, qui assurait les captations vidéo de ses prêches.

Selon les informations du média français, l’auteur présumé des coups de feu a revendiqué son action sur son compte Facebook. Cette information a été confirmée de source policière et l’auteur présumé des coups de feu a été identifié. La PJ de Brest a été saisie de l’enquête. Les investigations s’orientent vers les milieux d’extrême droite.

 

Lire aussi : Vidéo. Une mosquée de Sebta visée par des tirs

 

Selon le parquet de Paris, la situation est en cours d’évaluation par la section antiterroriste du parquet de Paris qui est en relation avec le parquet de Brest.

« Nos services sont mobilisés pour interpeller l’auteur des coups de feu qui ont blessé 2 personnes, devant la mosquée de Pontanézen, à Brest. J’ai demandé aux préfets de renforcer la surveillance des lieux de culte du pays », a tweeté le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.