Une femme et trois enfants rohingyas piétinés à mort par des éléphants, au Bangladesh

203

Des éléphants sauvages ont tué samedi quatre réfugiés rohingyas, un femme et trois enfants, alors qu’ils se construisaient un abri dans la forêt du camp de Balukhali, au Bangladesh, a annoncé la police locale.

Des centaines de milliers de Rohingyas sont réfugiés dans la région de Cox’s Bazar, au Bangladesh, pour fuir les violences en Birmanie. Là, ils se construisent des abris de fortune, souvent en bordure de camps débordants.

« Ils ont été piétinés par sept ou huit éléphants sauvages », qui ont également blessé deux personnes, a précisé à l’AFP Afrozul Haq Tutul, chef adjoint de la police de Cox’s Bazar.

Les victimes avaient entrepris de se construire un abri dans une partie de la forêt où les éléphants sauvages viennent souvent chercher de la nourriture ou s’abriter, a-t-il ajouté.

C’est la deuxième fois que des réfugiés rohingyas sont attaqués par des éléphants sauvages. La première fois, deux personnes, un vieillard et un enfant, avaient été tués par des éléphants qui les avaient piétinés alors qu’ils dormaient dans un abri de fortune.

On estime à 536.000 le nombre de Rohingyas arrivés au Bangladesh depuis la reprise des violences le 25 août dans l’Etat Rakhine, en Birmanie.

Il n’y a quasiment plus de place disponible dans les camps établis à la frontière, et les nouveaux arrivants abattent des arbres ou arbustes pour se construire de quoi s’abriter des pluies de mousson.

Beaucoup campent simplement en plein air ou le long des routes, où ils se précipitent sur les camions apportant de l’aide.

Le gouvernement du Bangladesh a alloué 1.200 hectares de forêt pour permettre de construire des abris pour les réfugiés, mais beaucoup se sont déjà installés avant que la construction officielle ne commence.

Le risque de heurts avec les éléphants, très présents dans la région, est « inévitable », a expliqué à l’AFP sous couvert d’anonymat un responsable local des forêts. « C’est une forêt protégée, fréquentée en permanence par des éléphants sauvages ».