Egypte: le businessman anti-Sissi Mohamed Ali condamné pour évasion fiscale

Mohamed Ali. DR.

Un homme d’affaires égyptien exilé en Espagne et qui accuse le président Abdel Fattah Al-Sissi et de hauts responsables militaires de corruption a été condamné à cinq ans de prison pour évasion fiscale, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Mohamed Ali, également acteur, avait posté des vidéos virales sur internet ayant conduit en septembre à de rares manifestations contre le président Sissi.

Outre les cinq ans de prison pour évasion fiscale, un tribunal du Caire l’a condamné à une amende de 50.000 livres (2.800 euros), a précisé la source judiciaire.

Le tribunal a également ordonné à l’homme d’affaires en exil de payer au moins 48 millions de livres (2,6 millions d’euros) aux autorités fiscales égyptiennes.

Dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et visionnés des millions de fois, M. Ali avait affirmé que M. Sissi et les hauts responsables militaires dépensaient l’argent public dans des projets inutiles, tels que des palais présidentiels.

 

Lire aussi: Sissi, un dirigeant autoritaire sur le trône de Pharaon

 

Toutefois, il n’a jamais fourni de preuves concrètes de ses allégations.

Les rassemblements de faible ampleur, qui se sont produits en septembre, ont rapidement été dispersés par les forces de l’ordre. Quelque 4.000 personnes ont été interpellées dans les jours qui ont suivi, dont des avocats, des journalistes, des universitaires.

Certains ont été remis en liberté depuis, sans que les autorités ne donnent de chiffres précis.

Les manifestations sont rares en Egypte depuis 2013, lorsque le premier président civil élu démocratiquement, l’islamiste Mohamed Morsi, a été destitué par l’armée, alors dirigée par le maréchal Sissi, élu président l’année suivante.

Une sévère répression avait ensuite eu lieu, visant principalement les islamistes.

Dans une interview avec l’AFP en octobre, M. Ali avait affirmé qu’il travaillait avec l’opposition pour faire tomber M. Sissi.

« L’opposition à l’intérieur et à l’extérieur de l’Egypte est avec moi car nous avons tous le même objectif de nous débarrasser de Sissi », avait-il dit.