Coronavirus: les transferts de malades français et italiens en Allemagne s’accélèrent

Crédit: AFP.

Les transferts par l’armée allemande de patients français et italiens gravement atteints par le nouveau coronavirus se sont accélérés en Allemagne samedi.

L’hôpital de la Charité à Berlin devait ainsi accueillir samedi six patients français en soins intensifs. Les malades devaient être acheminés depuis Strasbourg par hélicoptère, ont annoncé l’établissement et la mairie de Berlin.

L’Allemagne, qui compte plus de 48.000 cas officiellement déclarés de Covid-19 et quelque 400 morts, a aussi accueilli samedi six malades italiens.

Ces dernières semaines, des patients français et italiens avaient déjà été pris en charge par des hôpitaux des régions frontalières comme la Sarre ou la Rhénanie-Palatinat.

Ces Italiens, dans un état grave, ont été transportés par un avion militaire allemand depuis Bergame, ville du nord de l’Italie particulièrement touchée par la pandémie. Ils ont été hospitalisés dans des centres hospitaliers de Cologne, Bochum et Bonn, selon un porte-parole de la région de Rhénanie du Nord-Westphalie.

 

Lire aussi: Coronavirus: 832 morts en 24 heures en Espagne

 

Côté français, une première évacuation effectuée par un hélicoptère militaire -deux patients gravement atteints par le coronavirus, transportés de Metz vers l’Allemagne- avait déjà été conduite samedi matin dans le cadre de l’opération Résilience.

Les deux patients, embarqués par du personnel en combinaisons blanches, portant masques et lunettes de protection, ont été acheminés vers l’hôpital d’Essen (ouest de l’Allemagne), selon des sources concordantes.

– « Crise de l’humanité » –

Selon François Braun, chef du service des urgences du centre hospitalier régional (CHR) de Metz, interrogé par l’AFP, une nouvelle rotation vers l’Allemagne d’un hélicoptère militaire, avec deux autres patients, sera « probablement » réalisée dimanche en début d’après-midi.

D’autres transferts de malades devraient être décidés au fur et à mesure, selon l’évolution de la situation, a précisé le médecin.

Depuis le début de l’épidémie, « une petite dizaine » de malades atteints de la maladie Covid-19 ont également été transportés par des ambulances dans des établissements hospitaliers allemands, selon lui.

Lundi, deux malades du coronavirus avaient été héliportés vers Hambourg (ouest de l’Allemagne) par des appareils sanitaires civils allemands, parmi d’autres transferts vers l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg effectués par voie terrestre ou aérienne.

La ministre française des Armées, Florence Parly, a indiqué s’être entretenue avec son homologue allemande Annegret Kramp-Karrenbauer et a sur Twitter remercié « profondément nos amis allemands pour leur soutien et solidarité ».

« Nous partageons tous un seul objectif: vaincre le Covid-19 », a souligné Florence Parly. « Chère Florence, nous faisons face ensemble à cette crise de l’humanité », lui a répondu sur Twitter, en français, Mme Kramp-Karrenbauer.

 

Lire aussi: Pourquoi les Etats-Unis sont-ils le pays avec le plus de cas recensés de coronavirus?

 

Avant d’engager des hélicoptères, l’armée française avait déjà participé à l’évacuation de malades de la région Grand Est vers d’autres régions françaises moins touchées par l’épidémie à bord d’un Airbus A330 de l’armée de l’air équipé du dispositif d’évacuations sanitaires Morphée.

Celui-ci a effectué vendredi sa quatrième mission depuis mi-mars, avec à son bord six patients des hôpitaux de Mulhouse et de Colmar conduits vers des hôpitaux bordelais.

Dimanche, une opération de grande envergure doit être conduite avec le transfert d’une quarantaine de patients du Grand Est vers la Nouvelle-Aquitaine à bord de deux TGV médicalisés qui partiront de Nancy et Mulhouse.

La Région Grand Est a été frappée de plein fouet par l’épidémie.

Selon un nouveau bilan établi vendredi par la préfecture de région et l’Agence régionale de santé, 3.607 personnes étaient hospitalisées vendredi dans le Grand Est, dont 747 en réanimation. Le nombre total de décès dus au coronavirus s’élèvent à 660 depuis le début de l’épidémie dans cette seule région.