Coronavirus: la guerre des mots continue entre Washington et Pékin

1240

Les Etats-Unis et la Chine ont poursuivi vendredi sur Twitter leur guerre des mots sur le nouveau coronavirus, Washington reprochant à Pékin d’avoir initialement caché l’ampleur de l’épidémie et la diplomatie chinoise accusant le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo de « mentir effrontément ».

Donald Trump, qui irrite la Chine en parlant chaque jour de « virus chinois » pour décrire le coronavirus détecté pour la première fois en décembre dans la ville chinoise de Wuhan, a estimé jeudi que le monde payait « le prix fort » pour l’absence de transparence initial de Pékin.

« La Chine a tenu au courant les Etats-Unis sur le coronavirus et sa réponse dès le 3 janvier », a déclaré la porte-parole de la diplomatie chinoise Hua Chunying, estimant que Washington avait ensuite pris douze jours à alerter ses ressortissants en Chine. « Et maintenant ils accuse la Chine d’avoir tardé? Sérieusement? », a-t-elle lancé sur Twitter.

 

 

 

 

Réponse, sur le même réseau social, de son homologue américaine Morgan Ortagus: « le 3 janvier, les autorités chinoises avaient déjà ordonné la destruction d’échantillons du virus #Covid-19, bâillonné les médecins de Wuhan et censuré les inquiétudes de l’opinion publique sur internet ». « La porte-parole a raison: c’est une séquence que le monde doit absolument analyser. »

A l’appui, le département d’Etat américain a mis en ligne sur Twitter des extraits d’un entretien télévisé de Mike Pompeo.

 

« Arrêtez de mentir effrontément »

 

« Le gouvernement chinois connaissait les risques, les avait identifiés, il était le premier à savoir, et a gâché un temps précieux au début, permettant à des centaines de milliers de personnes de quitter Wuhan, d’aller dans des endroits comme l’Italie qui maintenant souffrent atrocement », disait-il dans cet entretien accordé mercredi soir à la chaîne Fox News. « Le Parti communiste chinois n’a pas fait ce qu’il fallait et maintenant un nombre incalculable de vies sont menacées. »

« Arrêtez de mentir effrontément », a réagi dans un autre tweet Hua Chunying, affirmant que les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avaient estimé que les efforts chinois avaient « permis d’éviter des centaines de milliers de contaminations ».