Arabie Saoudite : les femmes obtiennent le droit de conduire

478

L’Arabie Saoudite a annoncé, dans la soirée du 26 septembre, qu’elle allait autoriser les femmes à conduire à partir de juin 2018. La décision, annoncée sur la télévision publique, a été prise par décret du roi Salmane.

Si elle ne devait pas prendre effet immédiatement, elle devrait toutefois faire date. L’Arabie Saoudite était le dernier pays au monde à interdire aux femmes de prendre le volant. Cette interdiction était combattue de longue date par diverses associations féministes et de défense des droits de l’Homme.

Régulièrement, et depuis presque vingt ans, des activistes militent en ce sens. En 1990, 2011 et 2013, des campagnes pour le droit des Saoudiennes à conduire avait déjà agité le royaume. Leur mouvement avait trouvé un écho inédit avec l’avènement des réseaux sociaux. Ces dernières années, plusieurs de ces militantes avaient diffusé sur Facebook ou Twitter des vidéos d’elles-mêmes en train de conduire, et encourageaient d’autres femmes à en faire autant, en publiant leurs photos sous le hashtag #IWillDriveMyself (C’estMoiQuiConduit).

Arrière-pensées économiques

Dans un pays où les femmes ne sont pas autorisées à se déplacer dans l’espace public sans la présence d’un tuteur, cette annonce est une petite révolution. Les Saoudiennes sont également soumises à la tutelle d’un homme de leur famille, généralement le père, le mari ou le frère, pour faire des études ou voyager. Selon le New York Times, cette avancée ne serait toutefois pas dénuée d’arrière-pensées économiques. Le royaume, frappé par la chute des cours du pétrole, voudrait inciter un plus grand nombre de ses citoyens, dont les femmes, à se mettre au travail dans un pays marqué par une culture rentière. Or, estime le journal, les limites posées aux déplacements de ces dernières étaient un frein à leur insertion professionnelle.

Fin 2016, le prince saoudien, Al-Walid ben Talal, avait déjà lancé un appel pour que les femmes obtiennent enfin le droit de conduire, mettant en avant le coût économique de cette interdiction. Il avait expliqué à l’époque que chaque famille saoudienne consacrait ainsi 950 euros par mois pour louer les services d’un chauffeur privé ou de taxis pour permettre aux femmes de se déplacer. Autoriser les femmes à conduire est désormais «une demande sociale urgente que la conjoncture économique justifie» en référence aux difficultés budgétaires que connaît son pays.

Dans le cadre de son ambitieux plan de réformes économiques et sociales à l’horizon 2030, Riyad tente prudemment d’assouplir certaines de ses restrictions malgré l’opposition des ultraconservateurs. À titre d’exemple, samedi 23 septembre, des centaines de Saoudiennes avaient pris place pour la première fois dans un stade de Riyad, à l’occasion de la fête nationale qui a donné lieu à des concerts et des feux d’artifice.

Jusque-là, les femmes n’étaient pas admises dans des arènes en application de la règle de séparation entre les sexes dans les espaces publics. En décembre 2015, les élections municipales avaient pour la première fois été ouvertes aux femmes, avec pour résultat l’élection d’une dizaine d’entre elles.