Algérie: la trotskiste Lousia Hanoune entendue à son tour par la justice militaire

Louisa Hanoune. Crédit: DR.

La secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT) est entendue jeudi « en tant que témoin » dans le cadre de l’enquête pour complots contre l’Etat et l’armée, ouverte contre le frère de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, selon sa formation d’extrême-gauche et la télévision nationale.

La télévision nationale a montré Louisa Hanoune, candidate aux trois derniers scrutins présidentiels en Algérie, arrivant seule au tribunal militaire de Blida (40 km au sud d’Alger).

Selon la télévision, elle a été convoquée par le juge d’instruction militaire (…) pour être entendue dans le cadre de l’enquête en cours contre Athmane Tartag, Mohamed Mediene et Saïd Bouteflika », arrêtés le 4 mai puis incarcérés après avoir été inculpés d' »atteinte à l’autorité de l’armée » et de « complot contre l’autorité de l’Etat ».

Lire aussi: Arrestations en Algérie: le mouvement de contestation satisfait mais méfiant

La télévision n’a pas précisé sous quelle statut elle est entendue, mais le PT, qu’elle dirige depuis 2003, a indiqué sur son compte Facebook que Mme Hanoune était entendue depuis le début de l’après-midi « en tant que témoin, selon la convocation qu’elle a reçue », sans autre détail.

Auparavant, le parti d’inspiration trotskiste, fondé en 1990, avait dénoncé sur son compte Facebook une « campagne répugnante contre le Parti des Travailleurs et sa secrétaire générale ».

Influent conseiller de son frère le président Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission le 2 avril sous la pression conjuguée de la rue et de l’armée, Saïd Bouteflika a été longtemps vu comme un « président-bis », accusé d’avoir accaparé le pouvoir à mesure que déclinait la santé du chef de l’Etat.

Le général Mohamed Mediene fut durant 25 ans jusqu’en 2015 le tout-puissant chef des tentaculaires services de renseignements et Athmane Tartag, son adjoint, puis successeur à la tête des services remaniés.

Les faits qui leur sont reprochés n’ont pas été rendus publics.

Lire aussi: Algérie: des milliers d'étudiants défilent, premières manifestations du ramadan

Députée depuis 1997 et décrite comme une pasionaria, Mme Hanoune a été candidate aux élections présidentielles de 2004, 2009 et 2014, toute remportées au 1er tour avec plus de 80% par Abdelaziz Bouteflika.

Elle a obtenu son meilleur score en 2009, en arrivant en 2e position avec 4,22% des voix et n’a rassemblé que 1% puis 1,37% des suffrages en 2004 et 2014.

Sous couvert d’opposition virulente, Mme Hanoune a été accusée par ses détracteurs de faire le jeu du « système » en participant aux élections, jugées largement frauduleuses, et en ménageant ses critiques contre le président Bouteflika.