Vidéos. Le Maroc, le « pays de coeur » de Jacques Chirac

Crédit: AFP.

L’ancien président français, Jacques Chirac, est mort ce jeudi à l’âge de 86 ans. Au Maroc, il restera dans les mémoires comme y étant l’un des chefs d’Etat étrangers les plus populaires.

Nous sommes les 20 juillet 1995. Jacques Chirac, qui vient d’être élu il y a quelques semaines nouveau président de la République française, consacre un de ses tous premiers voyages à l’étranger au Maroc. Et c’est en grande pompe qu’il est accueilli par le roi Hassan II.

Les deux chefs d’Etats arpentent, main dans la main, les ruelles de Casablanca, au milieu d’une foule enthousiaste, avant que le nouveau président de droite ne visite, quelques heures plus tard, la mosquée Hassan II récemment inaugurée. «Un honneur au Maroc et à la fois à l’humanité toute entière», dira-t-il à propos de l’édifice religieux construit par le François Bouygues.

 

Lire aussi: Vidéo. Jacques Chirac est mort

 

Président de 1995 à 2007, Chirac ne cessera de soutenir un Maroc alors en transition. Hassan II, dont les relations avec François Mitterrand s’étaient considérablement dégradées après la sortie du livre « Notre ami le roi », verra en Chirac l’homme qui fera tourner la page des deux mandats du président socialiste.

Le 7 mai 1996, le monarque, lors d’un voyage en France, adressera un discours à l’Assemblée nationale. Une allocution qui avait alors irrité l’opposition, aussi bien socialiste que communiste.

Trois ans plus tard, c’est au Maroc et à sa garde royale que Jacques Chirac réservera la première invitation destinée à une armée étrangère à parader sur les Champs Elysée lors de la fête du 14 juillet. Hassan II mourra 9 jours plus tard.

Son successeur, Mohammed VI, poursuit dans la lancée de son père et réserve sa première visite à l’étranger à la France, où il est accueilli, le 20 mars 2000, avec égards par Chirac. Ce dernier apportera un soutien inconditionnel au jeune monarque, voyant en lui «l’allié le plus solide et le fiable de la France au Maghreb».

Octobre 2003, quelques mois après les attentats islamistes de Casablanca, Jacques Chirac vient au Maroc apporter encore une fois son soutien au royaume. «Une visite du cœur» , avait alors qualifié Chirac sa visite d’alors au Maroc.

Un amour que Chirac ne cessera de porter pour le royaume, même après avoir quitté l’Elysée. L’ex-président, alors âgé et fatiqué, aimait passer une bonne partie de l’année dans le sud marocain, plus précisément à Taroudant, où il aimait loger à la Gazelle d’or. Son «paradis».