Vidéo. La peine de mort: une fausse bonne idée

94
DR.

Depuis l’horrible assassinat qui a ôté la vie à deux touristes scandinaves, des voix s’élèvent pour réclamer la peine de mort pour les présumés terroristes ayant commis le meurtre. Pourtant, la peine capitale n’a jamais été une solution.
« Nous réclamons la peine de mort », « nous voulons qu’ils soient fusillés sur la place Jamaa El Fna », « ils méritent le même châtiment que celui qu’ils ont infligé aux randonneuses scandinaves ». Voici un patchwork des remarques qui ont fleuri sur les réseaux sociaux depuis l’assassinat des touristes danoise et norvégienne il y a quelques jours dans la région d’Imlil, près de Marrakech.
Lire aussi: Meurtre de deux Scandinaves près d'Imlil: la piste terroriste privilégiée
Si on peut comprendre l’étendu du choc qu’ont pu éprouver de nombreux Marocains suite à cet horrible assassinat, l’appel à l’application de la peine de mort contre les présumés terroristes ayant commis cet acte inqualifiable n’est pas forcément la meilleure idée. Dans une vidéo largement relayée depuis le meurtre des deux touristes, on peut voir le père d’une des victimes du meurtre de masse perpétré par le tueur norvégien Anders Breivik contre des jeunes militants de la gauche norvégienne, s’ériger contre la peine de mort et le désir de vengeance que cela sous-entend.
Interrogé par le journaliste américain michael moore sur son désir de vengeance à l’encontre de celui qui a ôté la vie à son fils, ce père de famille s’obstine à ne pas vouloir tuer Breivik. « Si vous aviez la possibilité de tuer Breivik, l’auriez-vous fait? », lui demande le journaliste. « Non », répond à plusieurs reprise ce père de famille qui, excédé par la répétition de cette question, finit par lâcher : « Je ne veux pas me rabaisser à son niveau ». A la fin de ce mini-reportage, la voix off rappelle que Breivik a écopé d’une peine de 21 ans de prison, soit la peine maximale en Norvège, pays d’origine d’une des deux victimes d’Imlil. Il est également bon à rappeler que la Norvège détient l’un des plus bas taux de criminalité dans le monde.

La peine de mort n’est pas seulement inhumaine, elle n’est tout simplement pas efficace. « Les études scientifiques n’apportent aucune preuve que la peine de mort ait réellement l’effet dissuasif qu’on lui attribue. Au Canada par exemple, le nombre d’assassinats a diminué depuis l’abolition de la peine de mort », indique l’ONG Amnesty international sur son site internet.