Vidéo. Happy Kids Maroc ou des sorties pour tous les enfants

675
Le samedi 6 avril, les enfants de HKM ont visité le musée de l'abeille vivante - la ruche des sciences, ouvert à Salé en janvier dernier.

En août 2018 est né « Happy Kids Maroc », un groupe Facebook qui rassemble aujourd’hui 3.500 parents membres. Son utilité? Proposer chaque samedi des sorties insolites et gratuites aux enfants en mal d’activités « instructives ». Explications. 

A l’origine de Happy Kids Maroc (HKM), Rita Trachen, une mère de deux enfants en bas âge, qui a cessé son activité professionnelle (ergonome et psychologue) il y a quatre ans pour se consacrer pleinement à son foyer. Sur son blog Yes I Mom, on peut voir les sorties et expériences originales qu’elle fait en famille. A tel point que ses lecteurs veulent l’accompagner!

C’est ainsi que l’été dernier Rita a eu l’idée de créer un groupe Facebook afin de faire profiter à d’autres parents ses sorties toutes plus inspirantes les unes que les autres. En trois jours, 1.500 membres ont adhéré au groupe HKM qui se gère de manière totalement bénévole. Un succès proportionnellement révélateur du besoin en la matière.

Sortir des malls

Le but premier de cette initiative citoyenne est avant tout de prendre le contre-pieds de l’idée selon laquelle au Maroc, il n’y aurait pas d’activités pour les enfants ou qu’il faudrait beaucoup d’argent pour en profiter. « Je cherchais des occupations intelligentes et pas seulement des défouloirs. En cherchant bien, j’ai fini par me rendre compte qu’on pouvait déjà leur montrer les métiers », raconte Rita qui a d’abord fait visiter à son fils les métiers représentés dans son quartier comme un garage, une fromagerie…

 

Lire aussi : Les Marocaines font (un peu) plus d’enfants!

 

« Les endroits où on va tous les jours, les coulisses des métiers qui nous entourent au quotidien, c’est ça qu’on veut leur montrer », renchérit-elle. Depuis septembre, une trentaine de sorties ont été répertoriées, du centre de maintenance du tramway au musée de Maroc Télécom, en passant par une pépinière, un atelier de biologie marine ou encore le musée de l’abeille vivante, ouvert en janvier dernier à Salé. Toujours enthousiastes et favorables au projet, les entreprises ou structures contactées proposent aux participants la gratuité ou un tarif préférentiel.

Des sorties ludiques et instructives qui alternent avec la redondance des centres commerciaux, lieux de divertissement souvent privilégiés par les parents en manque d’inspiration. « On s’est rendu compte qu’on allait toujours dans les mêmes endroits, dans les malls, qu’on payait des fortunes énormes et qu’en fait nos enfants n’apprenaient rien », déclare Roseline, cofondatrice de HKM, engagée dès le départ dans l’aventure auprès de Rita.

« Il faut absolument réveiller les gens sur le fait de ne pas attendre que ce soit l’école qui éduque les enfants, ni d’attendre qu’ils soient adultes, il faut commencer dès le plus jeune âge », martèle Rita Trachen.

Pour enfants et parents

« Notre projet est de faire découvrir à TOUS les enfants la beauté de ce monde, que ce soit des métiers, des monuments, des ateliers, la nature, les animaux…sur la base du partage et de la solidarité », explique la fondatrice de HKM. « Le message qu’on veut faire passer aux parents, c’est que le plus important, c’est le temps qu’on passe avec nos enfants et le plaisir qu’on a à découvrir des activités insolites et des métiers ENSEMBLE », poursuit-elle.

 

Lire aussi : Education: seuls 37,8% des enfants en situation de handicap vont à l'école primaire

 

Car l’intérêt de cette initiative est également de rapprocher les enfants de leurs parents. « La demi heure qu’on va passer avec notre enfant n’a pas de prix », annonce Rita qui confie en souriant qu’à une certaine époque, elle ne souhaitait absolument pas avoir d’enfants. « La seule chose que les enfants se rappelleront quand ils seront grands, c’est si leurs parents ont passé du temps avec eux ».

Privilégier les enfants défavorisés

L’initiative se veut également solidaire et équitable. Chaque sortie HKM est proposée aux associations des enfants défavorisés car le groupe considère que des sorties bénévoles doivent d’abord être proposées aux enfants qui n’ont pas les moyens de les faire. « Les parents qui ont internet, Facebook, un smartphone (etc.) ont quand même les moyens d’aller dans des endroits où il faut payer un minimum, ils ont une voiture pour se déplacer… », justifie la fondatrice.

Ainsi, des enfants déscolarisés de l’association Chorouk ont déjà pu visiter la ferme pédagogique de Dar Bouazza où ils ont appris à tondre un mouton, fabriquer un tapis et extraire de l’encre à partir de la laine chauffée de l’animal.

A l’heure actuelle, dix parents ambassadeurs organisent à tour de rôle des sorties rassemblant chacune en moyenne 20 à 25 personnes. Les sorties se déroulent principalement dans la région de Casablanca mais une antenne vient d’être formée à Rabat.

Les entreprises ou structures qui aimeraient ouvrir leurs portes au réseau HKM sont invitées à se manifester auprès du groupe Facebook.