«Tu te crois au Canada!», la réponse d’un policier marocain à une victime de harcèlement sexuel

5636

« Si vous voulez qu’on vous rende justice, il faudra partir au Canada ». Voici la phrase choquante qu’a dit un officier de police à une femme venue déposer une plainte contre un individu qui l’aurait harcelé sexuellement.
La femme, qui travaille dans un magasin de vêtements pour femmes, a déposé une plainte contre l’officier de police en question, l’accusant d’essayer de camoufler l’affaire et de se ranger du côté de son agresseur parce qu’il a le bras long.
Elle raconte aux journalistes du quotidien Assabah que l’officier de police aurait refusé de jeter un œil sur les pièces à conviction qu’elle présentait (telles que les enregistrements d’appels échangés avec son agresseur) et qu’il aurait refusé d’entendre des témoins. Par contre, il aurait reçu les amis de son agresseur venus témoigner.
Ce dernier aurait même profité de sa situation et lui aurait demandé à plusieurs reprises de lui rendre des services en échange de son aide, avant de lui demander d’abandonner sa plainte arguant qu' »il n’y a qu’au Canada qu’on pourrait lui rendre justice ». Encore plus résignée à défendre sa cause, la femme a déposé une plainte auprès du procureur général de la Cour d’appel de Casablanca, accusant l’officier de police de corruption et de chantage.
Il est à noter que la DGSN avait publié un communiqué, relayé il y a une semaine par Assabah, dans lequel elle dément que la femme en question ait porté plainte contre l’officier de police.