Soulaimane Raissouni et Omar Radi entameront une grève de la faim

791
DR.

Les deux journalistes marocains feront une grève de la faim «symbolique», afin de protester contre leur détention «arbitraire».

Soulaimane Raissouni et Omar Radi, tous deux emprisonnés à la prison de Oukacha, feront une grève de la faim de 24h pour protester contre leur «emprisonnement arbitraire», rapportent nos confrères de Goud.

Cette grève qui coïncidera avec la Journée internationale des droits de l’Homme, débutera le mercredi 9 décembre et se poursuivra jusqu’au jeudi 10 décembre, précise la même source.

Les deux journalistes qui estiment que leur emprisonnement «est une punition pour leurs pensées et positions», affirment par ailleurs dans leur écrit que cette grève intervient en solidarité «avec tous les détenus politiques, les prisonniers d’opinion, les défenseurs des droits de l’Homme, les mouvements de protestation, les journalistes et la population en général qui sont harcelés en raison de leurs opinions».

 

Lire aussi: Affaire Omar Radi: un témoin à décharge poursuivi pour « complicité de viol »

 

Radi et Raissouni appellent également « diverses organisation politiques, de défense des droits humais et syndicaux à mettre leur siège dans les différentes villes du pays à la disposition de ceux qui souhaitent entamer une grève de la faim, en tenant compte des mesures de précaution et des exigences de l’état d’urgence sanitaire».

Pour rappel, le rédacteur en chef du quotidien Akhbar al-Yaoum, Soulaimane Raissouni, accusé d’agression sexuelle, tandis que le journaliste et militant Omar Radi est accusé en état d’arrestation pou viol, en plus des suspicions de «financements étrangers», en lien avec des «services de renseignement» étrangers.