Province de Sidi Kacem: le détail des dégâts causés par la tempête de grêle

301
.DR

Les récentes averses orageuses, accompagnées de chutes de grêle qui se sont abattues, vendredi dernier, sur la province de Sidi Kacem, ont causé des dégâts qui restent limités par rapport à l’importance de la production agricole dans la région, a affirmé, mardi, le directeur régional de l’agriculture de Rabat-Salé-Kénitra, El Mahdi Arrifi.

Propos recueillis par Imad Dlia

Le responsable a tenu à préciser que quelques exploitations agricoles Bour, situées dans la province ont connu des chutes de grêle, à la veille des moissons, causant quelques dégâts sur la récolte, notamment les céréales, l’olivier et quelques arbres fruitiers, a souligné M. Arrifi dans un entretien à la MAP, assurant que dans l’ensemble, les pertes étaient très limitées.

Arrifi se veut rassurant quant à la campagne agricole dans la région, estimant que les cultures au niveau des parcelles touchées par la tempête de grêle ne sont pas totalement perdues et que la superficie impactée par ce fléau ne dépasse pas 3600 hectares (ha).

Sur une superficie totale de 528.000 ha cultivée en céréales dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, quelque 2.500 ha ont été touchés par la grêle, a-t-il relevé, précisant que les pertes de rendement varient entre 10% et 30%. Pour l’olivier, dont la superficie cultivée est de 63.000 ha, seuls 150 ha ont été touchés avec des pertes de rendement estimées à 30%. Concernant les pois chiches cultivés sur une superficie totale avoisinant les 14.000 ha, la superficie touchée est de 800 ha et les pertes de rendement oscillent entre 10% et 20%. Pour ce qui est des rosacées fruitières, sur une superficie totale de 5000 ha, celle affectée ne dépasse pas 80 ha avec des pertes de rendement de 30 %.

Suite à ces récentes averses orageuses, la Direction régionale de l’agriculture de Rabat-Salé-Kénitra a dépêché ses équipes pour constater de visu les effets de la tempête de grêle, en collaboration avec la Chambre régionale de l’agriculture et l’Office régional de mise en valeur agricole du Gharb, a indiqué M. Arrifi, faisant savoir que ces équipes ont rencontré les agriculteurs concernés et procédé à l’évaluation et à la constatation des dégâts.

Arrifi a appelé, à cette occasion, les agriculteurs de la région, notamment les propriétaires d’exploitations agricoles dans les zones exposées à ce genre de tempête, à souscrire à l’assurance agricole multirisque climatique pour céréales et à l’assurance multirisque climatique pour l’arboriculture fruitière, en vue de bénéficier de l’indemnisation sur les pertes subies au niveau des récoltes agricoles.

Ils sont invités éalement à adopter des techniques et des équipements de préventions contre les dégâts causés par ces phénomènes climatiques, dont le filet anti-grêle, qui est subventionné par l’Etat, dans le cadre du Fonds de développement agricole (FDA), a-t-il ajouté.

Il a, dans ce sens, rappelé que durant la campagne agricole précédente qui a été impactée par la sécheresse, les agriculteurs qui ont souscrit à l’assurance multirisque climatique ont eu droit à un remboursement important, faisant savoir que le montant distribué par la mutuelle agricole marocaine d’assurances (MAMDA) a atteint 1,1 MMDH, au niveau national.

Partant du fait que  »l’agriculture est le carrefour des aléas », les risques couverts portent notamment sur la sécheresse, les fortes averses, la grêle et les inondations, a-t-il souligné, notant que le Maroc figure parmi les pays les plus exposés aux changements climatiques.

Rabat-Salé-Kénitra est une région agricole par excellence et présente d’énormes potentialités, notamment dans les domaines des céréales, de maraichage, d’agrumes, de culture sucrière et d’élevage, a relevé M. Arrifi, indiquant que l’activité agricole régionale contribue à hauteur de 15 % du PIB agricole national, occupant ainsi la première place en termes de valeur ajoutée agricole, à côté de la région de Casablanca-Settat.