Nouvelles restrictions anti-covid: les restaurateurs en colère

11638

Sommés de fermer durant trois semaines, les restaurateurs s’indignent contre une «mesure prise sans considération aucune et sans préavis». L’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants (ANPCR) dénonce cette énième mesure.

Le gouvernement a décidé de prendre, à partir du mercredi 23 décembre 2020 à 21h, quatre mesures de protection pour contrecarrer la propagation du nouveau coronavirus. Parmi ces dernières « la fermeture totale des restaurants à Casablanca, Marrakech, Agadir et Tanger pour une durée de trois semaines».

Contacté par H24 Info, Noureddine Harrak, président de l’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants (ANPCR) affirme que les professionnels ne comprennent «toujours pas comment une telle décision a été prise aussi vite et de cette façon-là, sans donner de préavis aux professionnels et sans même leur parler».

 

Lire aussi: Coronavirus: nouvelles restrictions pour les 3 prochaines semaines

 

Selon notre interlocuteur, ceci démontre que «notre gouvernement n’a pas une réelle stratégie». «Nous avons l’impression que le sens des responsabilités est absent (…) ils ne prennent aucunement en considération la situation des professionnels du secteur et des travailleurs journaliers qui se retrouveront sans rentrée d’argent durant pratiquement un mois encore (…) n’ont-ils pas pensé à ces gens ?», s’indigne le président de l’ANPCR.

Manque de clarté

De plus, le communiqué n’est même pas clair, dénonce notre interlocuteur. «Nous ne savons pas encore si la livraison sera possible, car le communiqué évoque une fermeture totale, sans apporter plus de détails», poursuit-il.

Et pourtant le secteur a énormément souffert cette année. «D’abord durant la phase du confinement, puis même après le déconfinement lorsqu’un couvre-feu a été instauré pour les cafés et restaurants dans plusieurs villes», déplore Nouredine Harak.

 

Lire aussi: Covid-19: la région de Casablanca sous cloche pour un mois supplémentaire

 

Dans ce sens, le président de l’ANPCR dénonce l’acharnement contre le secteur à chaque décision, sans qu’«aucune preuve scientifique ou étude sur la propagation du virus au sein des restaurants ou cafés n’ait été faite par nos responsables».

L’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants «tiendra une réunion ce soir même», mais évidemment «nous pouvons d’ores et déjà affirmer que nous refusons et dénonçons cette mesure», conclut le président.

 

De son côté, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) affirme comprendre qu’au vu de la situation épidémiologique, des restrictions sanitaires s’imposent. Mais il est injuste, selon elle, de faire supporter à ces secteurs le coût économique des restrictions sanitaires. La CGEM demande de mettre en place des mesures de soutien économique aux entreprises opérant dans ces secteurs et contraintes à fermer par décision administrative.