PLF2020: nouvelles taxes sur les boissons alcoolisées

Le gouvernement a adopté le Projet de loi de finances 2020, qui prévoit notamment une augmentation significative des taxes sur les boissons alcoolisées. Les détails. 

A la recherche de ressources financières supplémentaires, le gouvernement compte augmenter une nouvelle fois les taxes sur les boissons alcoolisées. Le Projet de loi de finances 2020 prévoit, en effet, d’augmenter la taxe intérieure sur la consommation (TIC) de bière de 900 dirhams à 1 000 dirhams par hectolitre, soit une augmentation d’un dirham par litre. il est prévu également d’augmenter les quotités de la TIC de 700 à 800 DH l’hectolitre pour les vins.

Les consommateurs d’alcool vont certainement payer plus cher leur bouteille l’année prochaine. Cette hausse devrait permettre au fisc une rentrée annuelle supplémentaire en termes de taxes d’à peu près 34 millions de dirhams concernant les bières étant donné que la consommation annuelle de celles-ci est d’environ 34 millions de litres de bières par an, selon les dernières statistiques de l’opérateur en charge du marquage fiscal des produits assujettis à la taxe de consommation intérieur.

 

Lire aussi: Voici les grandes lignes du Projet de loi de Finances 2020

 

Pour ce qui est des vins, les Marocains consomment 38 millions de litres par an. Ainsi, la charge supplémentaire que les adeptes des boissons alcoolisées pourraient supporter s’approche des 72 millions de dirhams. Sans tenir compte des taxes sur les fabricants et sur la valeur ajoutée.

La taxation des boissons alcoolisées et des débits de boissons demeure une manne financière importante pour le budget général du gouvernement. L’État devrait générer 1,5 milliard de dirhams de taxes sur les boissons alcoolisées cette année, selon les estimations des observateurs.

A noter que ce n’est pas la première fois que le gouvernement augmente les taxes sur les boissons alcoolisées, très consommées dans le royaume. Ces taxes ont été revues à la hausse, à deux reprises, sous le gouvernement dirigé par Abdalilah Benkirane.