Maati Monjib visé par une enquête judiciaire pour blanchiment de capitaux

1552

La justice a annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête sur Maati Monjib, suspecté de « blanchiment de capitaux » après des informations sur des « transferts importants d’argent » et des propriétés immobilières suspectes.

« La police judiciaire mène l’enquête sur instruction du parquet général », a indiqué dans un communiqué le procureur général du roi auprès du tribunal de première instance de Rabat.

Le parquet a été lui-même saisi par une unité spécialisée pour « un inventaire de transferts de fonds importants et une liste de biens immobiliers » qui « ne correspondent pas aux revenus habituels déclarés par M. Monjib et les membres de sa famille », a-t-il ajouté.

L’historien âgé de 60 ans a affirmé sur sa page Facebook que les faits n’étaient « pas nouveaux » et figuraient déjà dans l’acte d’accusation d’un procès pour « malversations financières » et « atteinte à la sécurité de l’Etat », ouvert en novembre 2015 et vingt fois reporté depuis.

« Je suis innocent de toutes ces accusations diffamatoires », écrit-il sur sa page Facebook. « Le but de ces poursuites est de me sanctionner à cause d’une récente déclaration à la radio dans laquelle je parle du rôle de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST, renseignement intérieur) dans la répression des opposants et la gestion des affaires politiques et médiatiques au Maroc ».

« Heureusement (…), l’accusation n’est pas sexuelle », a-t-il ironisé en référence aux affaires de moeurs qui ont valu des poursuites judiciaires ou des condamnations à plusieurs journalistes marocains.

 

 

Lire aussi: Le procès d’Omar Radi pour « ébriété publique » renvoyé à fin octobre

 

 

Parmi eux, Omar Radi, journaliste militant de 33 ans qui a été placé en détention préventive fin juillet pour une double affaire de viol et d’espionnage. Lui-même se dit victime d’un « coup monté ».

Maati Monjib a pris plusieurs fois position publiquement pour prendre sa défense.

Comme Omar Radi, son cas figure dans un rapport d’Amnesty International accusant les autorités marocaines d’utiliser un logiciel espion pour pirater les téléphones de ses opposants politiques. Rabat a démenti en exigeant des « preuves » de ces « accusations graves et tendancieuses ».

La prochaine date du procès ouvert en 2015 a été fixée au 29 octobre. Sept autres journalistes et militants des droits humains sont jugés en même temps que Maati Monjib. Les peines encourues vont de un à cinq ans de prison.