"L'arrestation de Hajar Raïssouni n'a rien à voir avec sa profession", assure le Parquet

à 17:36
DR.

L'affaire de l'arrestation de la journaliste Hajar Raissouni a pris une grande ampleur. Le procureur du roi près du tribunal de première instance de Rabat a fini par briser le silence.

Du nouveau dans l'affaire de Hajar Raissouni, la journaliste du quotidien Akhbar Al Yaoum, interpellée récemment pour avortement.

Plusieurs personnes estiment que Raissouni a été arrêtée à cause des ses articles critiques. Cependant, dans un communiqué publié, ce jeudi 5 septembre, le procureur du roi près du tribunal de première instance de Rabat a nié tout caractère politique dans cette affaire.

"L’arrestation de la journaliste concernée n’a rien à voir avec sa profession, elle est due à sa visite dans une clinique qui a été contrôlée principalement sur la base d’informations obtenues par la police judiciaire sur la pratique habituelle des avortements dans la clinique concernée”, a-t-il déclaré.

Lire aussi: Affaire Hajar Raïssouni: qu'en pensent les féministes marocaines?

Et d'ajouter : “L’enquête en question n’a rien à voir avec la profession de journaliste, mais concerne des actes constituant des infractions pénales au regard du droit pénal, à savoir la pratique de l’avortement, l’acceptation et la participation d’avortements à des tiers et la corruption conformément aux articles 444, 450, 454, 490 et 129 du Code pénal”.

Notons que la journaliste du quotidien arabophone « Akhbar Al Yaoum » a été interpellée et accusée "d’avortement illégal", de "relations sexuelles hors mariage", "d’usurpation d’identité" et de "déclarations mensongères".

Son fiancé, un professeur universitaire d’origine soudanaise, le médecin en question et l’anesthésiste ont également été arrêtés.

Elle est donc toujours en détention. Son audience est prévue pour le 9 septembre prochain. Plusieurs marches seront, notamment, programmées pour faire pression sur les autorités.