La revue de presse du samedi 16 janvier

2507
DR.

Les vaccins arrivent, l’agriculture urbaine a le vent en poupe, les prévisions de croissance de la BM pour le Maroc… Voici les principaux titres développés par la presse nationale hebdomadaire:

Finance news hebdo

Agriculture urbaine: un concept qui a le vent en poupe.

Quand on évoque le mot agriculture, il nous vient à l’esprit le monde rural, le plein air, les champs… Mais l’activité peut être déployée à très faible échelle dans les villes, le plus souvent chez des passionnés. Ce concept est différent du jardinage et les récoltes sont destinées exclusivement à la consommation, comme les fruits et légumes ou les produits d’élevage. Il est pratiqué dans de petites surfaces comme les cours, les toits et parfois dans les espaces publics. A l’instar des autres villes dans le monde, les villes marocaines peuvent développer cette niche. Le niveau d’ensoleillement durant l’année est un avantage majeur pour les plantations. Certaines organisations essaient de promouvoir ce concept, comme l’Association le Toit en vert, qui milite pour lancer de petits projets dans les villes de Fès et Meknès. Mais l’agriculture urbaine a ses limites, car le volume produit n’est pas assez conséquent pour assurer les besoins de la population des villes. Elle implique, par ailleurs, des défis majeurs en matière d’exploitation et aussi de préservation de l’environnement.

La Vie Éco

La conjoncture profitera-t-elle aux exportations nationales des médicaments?

Les exportations des médicaments ne représentent que 10% de la production nationale en temps normal. Sur ces exportations une infime partie est destinée au marché africain. Mais plusieurs données économiques indiquent que le continent africain pourrait permettre de faire augmenter ce pourcentage, si des mesures facilitatrices sont prises. En effet, le continent africain importe 95% des médicaments et n’en produit que 3%, essentiellement par le Maroc et l’Afrique du Sud. Aussi, selon le rapport annuel sur l’économie de l’Afrique 2020, publié récemment par Policy Center for the new south (PCNS), « l’Union africaine devrait saisir une conjoncture pandémique pour accélérer la mise en œuvre du Plan de fabrication pharmaceutique pour l’Afrique et l’opérationnalisation de l’Agence africaine du médicament (AAM) », dit le rapport de PCNS. L’AAM dont le Maroc a signé le traité portant création fin 2019, a comme objectif d’harmoniser les réglementations des médicaments au sein des pays africains.

Telquel

A l’horizon 2050, le Maroc vise une capacité maximale d’un milliard de m3 d’eau dessalée.

« Les ressources en eau non-conventionnelles constituent une composante primordiale d’adaptation aux effets du changement climatique. Le recours au dessalement de l’eau de mer prend de plus en plus d’ampleur au Maroc, surtout avec la récurrence des années de sécheresse et devient alors une alternative incontournable, à moyen et termes », affirme Hammou Bensaadout, directeur général de l’eau, au ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau. Le Royaume a été parmi les premiers à se lancer dans ce chantier. « Le dessalement au Maroc a commencé dès les années 1970. Des unités de dessalement ou de déminéralisation ont été implantées, chaque fois que la mobilisation des ressources en eaux conventionnelles est impossible. Il a, en effet, intéressé en particulier les zones côtières des provinces du sud notamment à Tarfaya, Smara, Boujdour et Laayoune », poursuit le responsable ministériel. A l’horizon 2050, le Maroc vise une capacité maximale d’un milliard de m3 d’eau dessalé.

Challenge 

Vaccination: cela part.

Les vaccins arrivent. Selon les informations du journal, un lot de deux millions de doses arrive samedi prochain, un autre de 8 millions arrive en mars. Cela promet une campagne plus lente que prévu. Parce que cela signifie que seuls un million de Marocains seront vaccinés d’ici le mois de mars. Ensuite, nous ne connaissons pas les délais de livraison des autres doses commandées. En attendant d’atteindre l’immunité collective, il faut compter sur la responsabilité individuelle et le respect strict des règles préventives. C’est une question de mobilisation citoyenne et il faut communiquer là-dessus.

Le Reporter

La Banque mondiale prévoit une croissance de 4% pour le Maroc en 2021.

« Le Maroc devrait renouer avec une croissance de 4% en 2021 grâce à l’accroissement de la production agricole à l’issue de la période de sécheresse et à l’allégement par l’État des mesures de confinement », indique le dernier rapport de la Banque Mondiale sur les Perspectives économiques mondiales de janvier pour les pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. L’économie marocaine devrait se contracter de -6,3% en 2020 selon les estimations de la BM, qui prévoit également une croissance économique au Maroc de l’ordre de 3,7% en 2022. La BM fait savoir que l’activité économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord devrait, selon les projections, afficher une « modeste reprise » de 2,1% en 2021, « en raison des dommages persistants provoqués par la pandémie et de la faiblesse des cours du pétrole ».