Hassad impose aux établissements scolaires de publier les noms des enseignants absents

1356

Après la vague de colère qu’a suscité la publication d’une liste des noms d’enseignants absents par le ministère de l’Education nationale, le département de Mohamed Hassad persiste et signe et explique les raisons de sa décision.

Au début du mois d’octobre le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a publié la liste des enseignants absents  septembre, une décision qui a indigné le corps professoral sur les réseaux sociaux.

La Fédération nationale des fonctionnaires de l’enseignement (FNFE), la Fédération libre de l’enseignement (FLE) et la Fédération nationale de l’enseignement ont même appelé à sit-in de protestation le 19 octobre prochain, jugeant la décision de Hassad « illégal, contraire au cadre pédagogique et de nature à porter atteinte aux droits des enseignants ».

En réaction, Mohamed Hassad a réitéré sa décision dans un communiqué du 17 octobre expliquant que les établissements sont tenus de publier les absences « justifiée ou non », conformément aux dispositions d’une note ministérielle numéro 134 publiée le 26 juin 2010. « cette mesure vise à informer les élèves, les parents, les tuteurs et tout le personnel de l’établissement scolaire, de ces absences en vue de prendre les précautions et les mesures nécessaires », justifie le ministre.

Et de rajouter d’un ton différent, « la publication des listes d’enseignants absents permet de rectifier les contre-vérités qui circulent sur ces absences et qui avancent des chiffres erronés ». Mohamed Hassad explique que finalement 99 % du corps enseignant travaillent d’une manière normale et sans aucune absence.
Le 10 octobre dernier, le ministère Mohamed Hassad avait publié une liste de 32 établissements de l’enseignement privé sanctionnés pour avoir donné des notes non méritées à leurs élèves durant l’année scolaire 2016-2017. Une première au ministère de l’Education nationale.