Grippe H1N1: Anass Doukkali rassure

51
Anass Doukkali, ministre de la santé. DR

Depuis une semaine, la grippe H1N1 crée la panique dans le royaume. Malgré cinq décès comptabilisés depuis vendredi dernier, le ministre de la santé Anass Doukkali affirme que « la situation est normale » et qu’ « il n’y a pas lieu de s’inquiéter »

Ces déclarations recueillies par L’Économiste du 1er février se veulent rassurantes. Selon le ministre, « la panique actuelle n’a pas lieu d’être. Car le H1N1 est devenu banalisé ». A travers les communication de sensibilisation de son ministère, Doukkali recommande de se faire vacciner contre le virus.

« Une campagne de vaccination est menée tous les ans…et systématiquement au profit des professionnels (le personnel de santé). Car le vaccin permet d’atténuer les effets de la grippe », poursuit-il. Il a rappelé dans ce sens que « pour l’heure, il n’y a pas d’alerte ni de mise en quarantaine…mais beaucoup de communication et de sensibilisation. (…) La vaccination peut encore se faire ».

Lire aussi : Décès causé par la grippe H1N1: l'hôpital Cheikh Khalifa livre sa version

Pour répondre à la demande de vaccins, Doukkali informe que le Maroc a passé commande pour le traitement Tamiflu auprès des laboratoires Roches. Bien que le médicament ne soit efficace que pendant les premières 48h d’incubation, certains médecins le recommandent. En tout cas, le ministre de la santé espère qu’il sera en vente chez les grossistes pharmaceutiques à l’échelle nationale, assurant que « le royaume s’approvisionnera avec des quantités supplémentaires ».

Actuellement, c’est le plan de surveillance sentinelle mis en place depuis 2004 qui gère les services sanitaires concernant la grippe. Les 375 centres de santé surveillent la tendance de l’influenza au Maroc et « elle est la même que la tendance mondiale communiquée par l’OMS (104 pays) », tranquillise Doukkali.

Lire aussi : Décès d’une femme de 68 ans à cause de la grippe H1N1

« Sur les 20% de Marocains qui ont une grippe de saisons, 83% sont diagnostiqués de type H1N1 », continue Doukkali. Mais de rappeler aussitôt que « la grippe est bénigne mais pour les personnes à risques (personnes atteintes de maladies chroniques, femmes enceintes, enfants âgés en 6 mois et 5 ans et les personnes de plus de 65 ans, ndlr), elle est dure à juguler, il faut la suivre… Mais pas de crainte, la situation est sous contrôle », garantit le ministre de la Santé.

En ce sens, Anass Doukkali a annoncé la possibilité d’un accord avec le ministère des Habbous et des Affaires Islamiques pour inclure les imams dans la chaîne de sensibilisation et de prévention afin de toucher le plus grand nombre de personnes. Par ailleurs, une web TV avec des programmes de sensibilisation et de prévention est en cours de préparation dans une démarche de renforcement des outils de communication grand-public du ministère de la santé.