Etats-Unis: un diplomate marocain persona non grata

131

Nouveau rebondissement dans l’affaire du diplomate marocain éconduit hors des Etats-Unis. Son ex-épouse serait derrière une affaire de trafics d’êtres humains.

Selon Al Massae qui rapporte l’information dans son édition du lundi, cette charge contre le diplomate marocain vient suite à l’implication de son ex-épouse dans une affaire de trafic d’êtres humains, falsification de documents et non-respect des lois américaines.

Selon des sources diplomatiques, il s’agirait d’un ex-diplomate au grade d’ambassadeur attaché aux Nations Unis, poste qu’il n’occupait plus depuis une année. Derrière ces tourments son ex-épouse, qui avait facilité, entre l’année 2006 et 2016, l’obtention de visas pour sept migrants philippins. La mise en cause principale inculpée dans cette affaire a été incarcérée suite à l’infraction des lois américaines.

Lire aussi:Trafic d’êtres humains: le Maroc à la traîne selon un rapport américain

Le déclenchement de cette affaire vient suite aux soupçons des services consulaires américains aux Philippines après la présentation de trois demandeurs de visa à l’ambassade des Etats–Unis munis de pièces falsifiées, rapporte le ministère de la justice sur son site.

Le principal chef d’accusation porté contre l’ex-épouse concerne le rapatriement de citoyens de nationalité philippine avec des contrats de travail bidon, puisque les travailleuses censées travailler au sein de l’ambassade du Maroc, se faisaient retirer leurs documents de voyage une fois à l’aéroport pour aller travailler, plus tard en tant que domestiques à temps plein dans le domicile du diplomate contrairement aux règles et lois américaines en la matière.

L’épouse du diplomate entre était en collusion avec son frère résident aux Philippines et qui serait également impliqué dans cette affaire de trafic.

 

Khalid Tegmousse (Journaliste stagiaire)