Espagne: une plainte urgente déposée contre Brahim Ghali hospitalisé après avoir contracté le covid

578
Ibrahim Ghali, chef du Front Polisario. ©DR

Les avocats des victimes des actes criminels commis par Brahim Ghali ont déposé, jeudi, une plainte auprès de la justice espagnole pour l’activation du mandat d’arrêt européen émis à son encontre.

La plainte urgente a été déposée par les avocats de l’Association sahraouie de défense des droits de l’homme «ASADEDH», a-t-on appris vendredi auprès de leur cabinet.

La défense des victimes réclame le déclenchement de l’action publique et une coopération accrue de la police espagnole pour procéder à l’interrogatoire de Brahim Ghali à l’hôpital, puis à son incarcération conformément au mandat d’arrêt émis à son encontre.

Le chef des séparatistes, rappelle-t-on, avait été admis la semaine dernière dans un hôpital du nord de l’Espagne sous une fausse identité et avec des papiers falsifié.

Le gouvernement espagnol a confirmé, jeudi soir, que le chef des séparatistes du polisario se trouve en Espagne pour «recevoir des soins médicaux». Il a été transféré en Espagne «pour des raisons strictement humanitaires afin de recevoir une assistance médicale », ont précisé des sources diplomatiques espagnoles à l’agence Europa Press.

 

Lire aussi: Brahim Ghali soigné du covid-19, annonce le Polisario

 

Le polisario a annoncé dans un communiqué publié dans la soirée du jeudi 22 avril que Brahim Ghali « est soigné et se rétablit après avoir contracté le Covid-19 » et que « son état n’est pas inquiétant ».

Brahim Ghali, 73 ans, a été admis à l’unité des soins intensifs de l’hôpital San Pedro à Logrono, dimanche dernier, indique le journal La Rioja, ajoutant qu’il a été transféré par ambulance de Saragosse et a été admis sous le nom de Mohamed Benbatouch, de nationalité algérienne.

Recherché en Espagne, Brahim Ghali a été cité à comparaitre en 2016 par le juge de l’Audience nationale José de la Mata pour génocide, meurtres, torture et disparitions prétendument commises contre la population dissidente sahraouie réfugiée dans les camps de Tindouf (Algérie), précise la même source.