Diapo. Les condoléances de Moulay Rachid à la famille du président Essebsi

Moulay Rachid avec la veuve et le fils de BCE, Hafid CE (AFP)

Le prince Moulay Rachid a représenté le roi Mohammed VI aux funérailles du président tunisien Béji Caïd Essebsi, qui se sont déroulées samedi à la salle de l’Indépendance au palais Carthage à Tunis.

À cette occasion, le prince Moulay Rachid a présenté les condoléances au président tunisien par intérim, Mohammed Ennaceur, au chef du gouvernement, Youssef Chahed et aux membres de la famille de feu Béji Caïd Essebsi.

Des chefs d’Etat et de gouvernement, dont le Roi d’Espagne Felipe VI, l’Emir du Qatar le prince Tamim Ben Hamad Al Thani, les présidents français, Emmanuel Macron, palestinien, Mahmoud Abbas, portugais, Marcelo Rebelo de Sousa et maltais, Georges Vella, le chef du gouvernement libyen d’union nationale, Fayez Al-Sarraj et les secrétaires généraux de la Ligue arabe, Ahmed Abou Gheit et de l’Union du Maghreb arabe (UMA), Taieb Bakkouch, ainsi que plusieurs personnalités venues du monde entier ont assisté à ces funérailles nationales, qui se sont déroulées dans une ambiance solennelle et de grand recueillement.

Cette cérémonie a été marquée par la lecture de versets du Saint Coran pour le repos de l’âme du défunt président, décédé jeudi à l’âge de 93 ans.

Dans son oraison funèbre, le président tunisien par intérim a rendu un vibrant hommage à Béji Caïd Essebsi, déplorant la « disparition d’un ami et d’un compagnon de combat ». Il a, notamment, insisté sur l’engagement de feu Caïd Essebsi à consacrer la culture du dialogue et du consensus, le qualifiant d' »artisan du consensus national ». « Ton absence est une douleur et une perte pour la patrie », a-t-il souligné, la voix étouffée par les larmes.

Lire aussi: Fête du trône: annulation de la réception à l'ambassade du Maroc en Tunisie

Ennaceur a passé en revue le long parcours militant de Caïd Essebsi, faisant notamment observer que le défunt a été sollicité après 2011 dans un contexte politique et social très délicat marqué par des conflits, des divisions dans la classe politique et des protestations sociales. Malgré cette conjoncture, Caïd Essebsi est parvenu à assurer la transition démocratique, à réussir les premières élections démocratiques en Tunisie et, après son accession à la magistrature suprême, à poursuivre son engagement pour mener à terme la transition démocratique en faisant du consensus national le leitmotiv de ce choix.

Pour sa part, le président français a souligné que la France accompagne le peuple tunisien en ce moment de deuil, faisant part de son admiration pour la dignité, la force et la sérénité qui ont marqué le peuple tunisien durant ces derniers jours. Tout en saluant « la dignité du peuple tunisien qui se tient aux côtés de son défunt président », il a rendu un vibrant hommage à la mémoire du président Béji Caïd Essebsi, le qualifiant d’homme « courageux » de « combat » et de « sagesse » qui aura présidé son pays dans un moment essentiel de son histoire, où il a œuvré notamment à instaurer la paix, la stabilité dans la région, la démocratie et le progrès.