Des pays du Golfe s’apprêtent à lancer de nouvelles chaînes TV au Maroc

3518

Le groupe saoudien MBC s’apprête à décliner sa chaîne au Maroc via une télévision généraliste nommée MBC Morocco. De même, Abu Dhabi prépare le lancement de Sky News Maroc. 

Pour ces deux nouvelles chaînes, on retrouve les thématiques habituelles ayant trait au Maroc et dont les Khalijis sont friands: prostitution, drogue et sorcellerie. Une manière de « véhiculer une image tronquée et déstabiliser l’opinion publique », dévoile L’Economiste dans un article paru ce jour. Sky News Maroc ambitionnerait d’ailleurs d’ « amplifier la gravité des mouvements sociaux au Maroc ».

Cette « offensive » audiovisuelle du Moyen-Orient cache en réalité « des agendas politiques précis » et une volonté géopolitique de maintenir une communication d’influence forte dans la zone panarabe et au-delà. Un terrain déjà facilité quand on sait que 30 à 40% des téléspectateurs marocains choisissent de regarder les bouquets des chaînes du Moyen-Orient et de l’Egypte.

 

Lire aussi : Vidéo. Télévision: 2M diffusera « L’Ecole des Fans » à la sauce marocaine

 

Au Maroc, l’objectif de ces médias arabes financièrement gonflés par les pétrodollars est de capter l’audience tout en séduisant les annonceurs via des méthodes informelles qui échappent parfois au fisc. En proposant aux annonceurs des budgets considérables (dumping sur grilles tarifaires), voire des gratuités, les télés du Golfe souhaitent « casser le modèle économique » du secteur audiovisuel marocain vivotant au gré des subventions étatiques, commente un professionnel de la prod’ auprès de nos confrères.

 

Lire aussi : HACA: la concentration publicitaire durant ramadan est préjudiciable au confort des téléspectateurs

 

Que peut faire le Maroc? Le journal relève « les carences d’institution » en matière de chaînes audiovisuelles étrangères opérant dans le royaume et les « zones d’ombre » quant au « contrôle des fonds de et vers les pays du Golfe ». De plus, la HACA (haute autorité de la communication audiovisuelle) se révèle incompétente dans la régulation des chaînes étrangères, « même si elles ont un bureau au Maroc », explique un professionnel de l’audiovisuel dans l’article de L’Économiste. Pour le moment, la loi marocaine ne permet pas de réglementer le déploiement de ces chaînes orientales dans le pays.