H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Lancée par un pharmacien il y a deux semaines, une pétition contre la vaccination des enfants et des jeunes au Maroc et dans le monde entier dépasse actuellement les 37.000 signatures. 

    Débutée au Maroc le 31 août dernier, la campagne de vaccination anticovid-19 des enfants âgés entre 12 et 17 ans ne fait pas l’unanimité. Initiée concomitamment par Anas Filali, pharmacien, une pétition contre la vaccination covid-19 des enfants et des jeunes au Maroc et dans le monde entier a recueilli actuellement 37.498 signatures.

    Plusieurs arguments sont invoquées dans cette pétition diffusée en ligne sur le site Change.org.

    La non-responsabilité des laboratoires en cas d’effets secondaires; « de nombreuses pathologies graves telles que myocardite, thrombose, maladies auto-immunes, et nombreux décès déjà répertoriés de par le monde »; la non-nécessité et la non-urgence de l’administration de ce vaccin pour cette catégorie de population très peu touchée par des formes graves, également la non-dangerosité de cette population « alors que pratiquement toute la population adulte a déjà reçu 2 doses de « vaccin » anti-covid et est donc apriori immunisée », le caractère « expérimental » de « cette injection génique adoptée comme « vaccin » »… parmi les principaux.

    « Dérisoire et abusée »

    « Dérisoire et abusée », c’est ainsi que juge la vaccination anticovid-19 des enfants une maman signataire de cette pétition.

    « J’ai signé la pétition en tant que parent d’élève, je refuse d’injecter à mes enfants un produit encore expérimental d’une part, dont on ne connait pas les conséquences d’autre part, et en plus, par rapport auquel on voit beaucoup d’effets secondaires aux Etats-Unis, en Angleterre, etc. notamment les myopéricardites, sans parler des syndromes de Guillain-Barré et autres atteintes neurologiques », commente sous l’anonymat cette maman et professionnelle de santé, contactée par nos soins.

     

    Lire aussi : France: l’efficacité du vaccin anticovid Janssen remise en cause

     

    « Beaucoup de scientifiques reviennent dessus donc il est hors de question de prendre des risques pour nos enfants. Je dis ça étant moi-même vaccinée, mais pas avec un vaccin à ARN messager dont on ignore les effets secondaires à moyen et long termes », ajoute-t-elle, tablant davantage sur « l’immunité naturelle » et encourageant une « bonne hygiène de vie ».

    « Par expérience, ayant moi même contracté le virus avec mon mari, nos enfants ont été collés à nous pendant cette période et on ne sait même pas s’ils l’ont eu ou pas. Tout s’est passé tranquillement. Donc je ne vois pas pourquoi je vais leur injecter un produit qui va faire baisser leur immunité, la bloquer, ce qui pourrait peut-être leur porter préjudice et les mettre dans une situation de faiblesse où, dans ce cas, ils pourraient effectivement contracter le virus et faire une forme grave », raconte-t-elle.

    « C’est une évidence de ne pas les vacciner »

    « On ne voit pas beaucoup d’enfants faire des formes graves, aller en réanimation ou décéder de cette maladie donc je ne vois pas l’intérêt de ce vaccin tant qu’il n’a pas fait les preuves de son inocuité et de surtout de son efficacité », martèle cette mère de deux enfants qui refuse fermement que la vaccination devienne obligatoire pour l’accès à l’école.

    Un souhait partagé par une autre maman de trois enfants, médecin de profession, pour qui la vaccination « doit rester optionnelle et ne pas conditionner la scolarité qui elle, est un des droits les plus absolus ». « C’est une évidence de ne pas vacciner les enfants », soupire le parent, également signataire de la pétition.

     

    Lire aussi : Covid-19: le vaccin Pfizer-BioNTech sera administré aux adultes

     

    « Si son but en général est de protéger les personnes fragiles susceptibles de contracter des formes graves, la vaccination ne remplit absolument pas ce rôle vu que les sujets vaccinés (enfants ou pas) continuent à transmettre le virus. De plus, les enfants eux-mêmes ne font pas de formes graves (sauf pour les plus fragiles ayant des déficits immunitaires…) », explique ce médecin.

    « Par rapport à l’immunité collective, ça a été prouvé que le vaccin n’empêche pas la transmission de la maladie, ni à 100% de contracter une forme grave, ni la contamination. Il y a même des scientifiques qui ont démontré que les vaccinés pouvaient être contaminants », commente dans le même sens la première maman.

    Pour rappel, la vaccination des enfants et adolescents «doit être volontaire, facultative et conditionnée à l’approbation des parents», appelés à accompagner leurs enfants durant ce processus. Ils ont le choix entre les vaccins Sinopharm et Pfizer.

    Share.

    Comments are closed.