Les courgettes marocaines menacées par un virus dangereux

9110
Crédit: DR

L’Organisation européenne et méditerranéenne de protection des plantes a confirmé l’observation de symptômes du virus de New Delhi dans des cultures de courgettes près d’Agadir et Taroudant.
Arès avoir fait des misères aux producteurs italiens, espagnols, tunisiens et de certains pays asiatiques, au cours des dernières années, le virus de New Delhi (ToLCNDV) a débarqué au Maroc. En effet, l’Organisation européenne et méditerranéenne de protection des plantes (OEPP) a confirmé l’observation de symptômes similaires à ceux du virus dans des cultures de courgettes près d’Agadir et Taroudant en 2017, rapporte Fresh Plaza. «L’incidence de la maladie a été significative, avec des symptômes graves du virus comme des courbures et une rugosité de la peau du fruit. Les plantes infectées portaient des fruits plus petits et moins nombreux que les saines», précise un rapport de la Société britannique de pathologie végétale (SBPV), cité par le portail spécialisé.
C’est la première fois que l’on rapporte la présence du ToLCNDV au Maroc. Transmis par l’aleurode du tabac (Bemisia tabaci), ce virus figure sur la liste d’alerte de l’OEPP, ajoute Fresh Plaza. «Le problème principal dans la gestion de ce virus est le fait que l’insecte infecte les plantes tout au long de son cycle de vie, et il transmet le virus à sa descendance». Les mesures de contrôle du ToLCNDV sont très limitées et se basent principalement sur le contrôle de la mouche blanche, la culture sous serres, et l’élimination des plantes infectées.