COP22: le maire de Marrakech devant la justice pour fraude de marchés publics

12137
Mohamed Larbi Belcaid, maire de Marrakech. DR/

Les ennuis du président du conseil communal de Marrakech et de son adjoint n’en finissent pas après la COP22. Les deux responsables ont été poursuivis pour dilapidation de deniers publics et risquent gros. Les détails. 

Organisé en 2016 au Maroc, la COP22 continue de faire tomber des têtes. Al Massae réserve sa Une du mercredi 28 janvier 2020 à l’implication du président du conseil communal de Marrakech, Mohamed Larbi Belkaid, et de son adjoint Youness Benslimane, dans une affaire de dilapidation de derniers publics en marge de cet événement international.

« La justice a décidé de poursuivre les deux PJDistes en question à cause de certains marchés passés dans le cadre des préparatifs de la COP22 », rapporte le quotidien arabophone. Et d’ajouter que cette affaire avait éclaté suite à une plainte déposée par une ONG locale qui a dénoncé plusieurs fonctionnaires, élus et autres responsables du Conseil préfectoral de Marrakech et de la Wilaya de la région de Marrakech-Safi en raison de dysfonctionnements relevés dans le cadre de ces marchés négociés à l’occasion de la COP 22.

Al Massae dénombre deux affaires conclues en amont de l’événement. Une première évaluée à 413 millions de centimes, tandis que le budget global de la deuxième avoisine les 500 millions de centimes. Ces deux gros marchés auraient été conclus de gré à gré par le maire de Marrakech et son adjoint avec des entreprises dont ils sont proches, rapporte le journal.

Les deux responsables ont été déférés devant le procureur du roi avant de comparaître devant le juge d’instruction près de la Cour d’appel de Marrakech. Le procureur a décidé de les poursuivre pour dilapidation de derniers publics. Ils devront incessamment répondre des chefs d’accusation devant la Chambre criminelle de premier degré chargée des crimes financiers. Affaire à suivre…