Comment le projet des « vélos-taxi » a tourné au fiasco

953

Les vélos-taxis, lancés il y a un an, tombent à l’eau. Faute de revenus et de pannes d’électricité fréquentes sur ces engins, les bénéficiaires peinent à subvenir à leurs besoins. Le Réseau marocain de protection des deniers publics appelle à l’ouverture d’une enquête sur ce projet. Les détails. 

Présenté devant le roi en janvier 2019, le projet de vélo-taxi est tombé à l’eau. C’est ce que rapporte Al Massae dans son édition du weekend.

Le quotidien arabophone explique que ces engins, fabriqués en Chine, ne sont plus opérationnels. Ils n’ont pas cessé de tomber en panne et de se mettre à fumer, quelques mois seulement après leur lancement. Les bénéficiaires de ce projet peinent à subvenir à leur besoin et se retrouvent dans l’embarras.

Le roi avait inauguré ce projet des vélos-taxis développés dans le cadre du transport touristique et écologique de Casablanca et Rabat, indique Al Massae.

Cependant et après quelques mois de la présentation du projet devant le souverain, le réseau marocain de protection des deniers publics avait révélé que plusieurs responsables communaux ont tiré profit de la situation en optant pour des engins de qualité défaillante au prix particulièrement élevé.

« Faute de revenus, les bénéficiaires n’arrivent même pas à réparer ces tricycles et de les réassurer. C’est d’autant plus grave quand on sait que le projet a coûté près de 2,5 millions de dirhams soit 50.000 dirhams l’unité », peut-on lire sur le journal.

Al Massae rappelle, par ailleurs, que le réseau marocain de protection des deniers publics avait appelé le parquet à ouvrir une enquête pour sanctionner les personnes impliquées dans la dilapidation de l’argent alloué à ce projet ambitieux.