Casablanca: bientôt une nouvelle corniche à Aïn Sebaa?

3241
DR

Casa Aménagement réfléchit actuellement à un projet d’aménagement de la corniche d’Aïn Sebaa. Un concours vient d’être lancé pour l’accomplissement de ce chantier d’envergure pour la métropole.

Après les aménagements effectués du côté de la corniche d’Aïn Diab, c’est au tour de celle d’Aïn Sebaa-Sidi Bernoussi (littoral est de la métropole) de bénéficier d’un projet de rénovation, lit-on dans le quotidien Aujourd’hui le Maroc dans son édition d’hier, mardi 10 novembre. 

La SDL Casa Aménagement travaille actuellement sur l’aménagement du littoral de la ville de Casablanca et sa région, poursuit le média qui informe que le projet concerne particulièrement la corniche de Aïn Sebaa. A ce titre, un nouveau concours pour la mise en place d’un chantier important a été lancé.

«Compte tenu des enjeux d’aménagement du littoral du Grand Casablanca, et à la suite de la réussite des aménagements réalisés sur les corniches de Aïn Diab et de El Hank, la société Casa Aménagement engage un nouveau concours sur esquisse, sur la corniche de Aïn Sebaa-Sidi Bernoussi, située plus au Nord», précise la société Casa Aménagement, relayée par ALM.

La SDL souligne qu’elle est partie prenante d’un ensemble plus vaste, allant de Dar Bouazza à Mohammedia où il est question à moyen terme d’établir des continuités piétonnes et cyclables, à l’échelle régionale.

De l’allée des Mimosas au boulevard Annassij

Etendue sur 3,4 km, l’aire du projet d’aménagement de la corniche de Aïn Sebaa-Sidi Bernoussi se déploie de l’allée des Mimosas jusqu’au boulevard Annassij. Dans la même dynamique que les aménagements de corniches déjà réalisés dans la ville blanche, ce projet doit être accessible aux personnes à mobilité réduite, mais aussi aux engins de secours terrestres comme maritimes.

Sur le plan descriptif, les ambiances lumineuses, les hauteurs de mâts seront faites en fonction des espaces, explique nos confrères qui ajoutent qu’une ligne de mobiliers urbains spécifiques (banc, corbeille, pergola, signalétique, construction légère) est également prévue. Côté matériaux, la SDL privilégie ceux durables, perméables, résistants aux embruns et qui ne nécessitent aucun entretien.

 

Lire aussi : Diapo. La corniche d’Ain Diab quadrillée

 

Dans la conception de ce chantier, on attire l’attention sur l’importance de maintenir la plage en tant que telle pour préserver son équilibre sédimentologique et éviter tout problème d’érosion. Il s’agit d’évincer toute construction en dur sur les zones couvertes par le sable, cela dans le but également de ne pas entraver les perspectives vers l’océan, notamment la Grande Mosquée Hassan II. Le maintien de la plage en tant que telle induit aussi d’effectuer un traitement spécial de la canalisation apparente entre les deux plages Nahla et Chahdia.

Baladoir, espaces pour enfants, espaces sportifs…

Autre point au programme: la création d’un baladoir, soit une promenade en continuité linéaire pour piétons et éventuellement pour cycles, avec des accès à la plage et des ouvertures de l’océan vers la ville et vice-versa. A certains endroits, seront installés des espaces publics ombragés avec une palette végétale adaptée au site, ne nécessitant qu’un entretien réduit.

Les accès prévus pourront contenir des espaces de jeux pour enfants et des espaces sportifs, des espaces de repos, des points de rencontre, des kiosques, des sanitaires publics, et potentiellement des endroits de stationnement en nombre limité, ajoute le média. Hormis les véhicules de secours, aucun stationnement ne sera autorisé à proximité du baladoir ou de la plage, mentionne le descriptif du projet.

Par ailleurs, la route côtière sera requalifiée en avenue urbaine avec limitation de vitesse de circulation. Structurée par des installations végétales, elle sera réaménagée avec une piste cyclable protégée, des traversées pour piétons sécurisées et des aires de stationnement nécessaires à la desserte du site.

Ce projet devra respecter les orientations du plan national de gestion intégrée du littoral adopté le 14 février 2020 et s’aligner sur les dispositions de la loi 81-12 relative au littoral.