Bus de Casablanca: le flou demeure malgré la désignation d’Alsa

Bien que ne faisant pas partie des 69 points figurant sur l’ordre du jour de la cession d’octobre du Conseil de la commune de Casablanca, tenu jeudi 3 octobre, l’épineux dossier des bus, qui connaît de nombreux rebondissements ces derniers jours, s’est imposé.

La crainte d’une rupture du service était l’une des préoccupations majeures comme l’ont montrées les nombreuses questions et interventions des élus qui se sont succédés sur le pupitre.

Du côté de la majorité dirigée par le PJD, on essaye de rassurer tant bien que mal l’opinion publique tandis que l’opposition souligne que le Conseil, au pied du mur, n’arrive pas à gérer ce problème et va droit dans le mur.

 

Lire aussi:Transport à Casablanca: Alsa succède à M'dina bus

 

Le 1er vice-président du  Conseil, Abdessamad Haiker, a précisé qu’un contrat a été signé avec Alsa sans pour autant apporter de réponses précises sur deux grandes questions qui restent en suspens, à savoir l’avenir des employés du délégataire sortant (fin octobre) et la continuité du service public jusqu’à livraison de la première commande des bus en septembre 2021.

L’élu de l’opposition au conseil de la ville, El Houcine Nasrallah, a quant à lui fustigé la gestion de cet épineux dossier par l’Etablissement de coopération intercommunale (ECI) et tiré la sonnette d’alarme sur une éventuelle rupture du service.