Aid Al Adha: l'opération d’abattage dans "de bonnes conditions" (Ministère de l'Agriculture)

à 16:00

Le plan d’action pour l'Aïd al-Adha 1440 adopté pour la deuxième année consécutive a permis à l’opération d’abattage pour le sacrifice de "se dérouler dans de bonnes conditions", a indiqué, vendredi, le ministère de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

Ce "plan intégré" élaboré et mis en place en étroite coopération avec le ministère de l’Intérieur, a été mené par les services centraux et extérieurs et les institutions relevant du ministère, notamment l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

L’Office a mis en place, durant la journée de l’Aïd et les trois jours suivant, des équipes de permanence dans toutes les régions du Royaume afin d’accompagner les citoyens, à travers le suivi de leurs appels téléphoniques et de leurs demandes, et de répondre à leurs questions et de se déplacer, si besoin est, à leur domicile, ajoute un communiqué du ministère.

Les services de l’ONSSA ont examiné, cette année, environ 3905 carcasses et leurs abats que ce soit dans les abattoirs ou chez les familles, réparties en 3426 carcasses d’ovin, 130 de bovin, 297 caprins et 52 chameaux. La plupart des cas identifiés concernaient des parasites affectant les abats ainsi que certaines infections localisées.

De même, les services vétérinaires de l’ONSSA ont procédé, avant l’Aïd, au contrôle de l’état sanitaire du cheptel en effectuant plus de 3.600 contrôles dans les souks, les unités d’élevage, d’engraissement, les abattoirs et chez les familles, indique le communiqué.

Et de préciser que l’état des carcasses des jours ayant suivi l’opération d’abattage s’est caractérisé, en général, par une bonne santé.

 

Lire aussi: Témoignages. Comment les végans marocains passent l'Aïd El Adha

 

Dans le cadre de la campagne de communication avec les citoyens, l’ONSSA a répondu, entre le 12 et le 16 août, à plus de 2.500 appels téléphoniques, fournissant généralement des conseils et des informations, en plus de satisfaire plus de 170 demandes d’informations sur les carcasses et de fournir des conseils via la page officielle sur les réseaux sociaux de l’Office.

En outre, les services de l’ONSSA ont constaté, cette année, la réactivité des citoyens et leur interaction positive avec les diverses mesures prises ainsi qu’avec les conseils donnés et l’implication des médias dans leur accompagnement.

En ce qui concerne les prix, le ministère de l’Agriculture a confirmé leur stabilité par rapport à l’année dernière, relevant, à ce propos, que les prix de la race ovine Sardi ont atteint environ 50 dhs le kilogramme et ceux de la race Beni Guil 48 dhs en moyenne.

Les mesures prises dans le cadre de ce plan d’action "intégré et distingué au niveau de la région et du monde islamique", mis en place depuis janvier 2019, portent particulièrement sur l’opération d’enregistrement des unités d’élevage destinées à l’abattage pendant l’Aid Al-Adha, note le communiqué, faisant savoir que le nombre d’unités d’élevages et d’engraissement enregistrés auprès des services de l’ONSSA est passé de 138.000 en 2018 à 240.000 l’année en cours, soit une augmentation de plus 74%.

 

Lire aussi: Aïd Al-Adha: que proposent les hôtels pour garder leur clientèle?

 

 

De même, il a été procédé à l’identification de 8,06 millions d’ovins et caprins et ce, en tant qu’outil de traçabilité et de transparence dans les transactions des animaux destinés à l’abattage pour le sacrifice de l’Aïd.

Ce plan d’action a aussi porté sur le contrôle, dans le cadre des commissions mixtes locales, du cheptel et des aliments pour animaux destinés à l’Aid Al Adha au niveau des élevages d’engraissement, des points de vente et des souks, le contrôle de l’utilisation de tous les aliments, produits et substances interdites en alimentation animale, notamment les fientes de volailles, les médicaments vétérinaires interdites et autres.

D’autres mesures ont été prises notamment l’opération "Al Gazar Diali" visant à améliorer les conditions hygiéniques d’abattage et de conservations des carcasses par l’organisation de plus de 40 jours de sensibilisation et de formation dans toutes les régions du Royaume au profit de plus de 8.000 bouchers et aide-bouchers.

Trente souks provisoires ont été créés, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et les autorités locales, dans plusieurs villes du Royaume en vue de renforcer le réseau de commercialisation des ovins et caprins destinés à l’abattage, en plus de l’établissement d’une direction centrale pour surveiller et contrôler la mise en œuvre du plan d’action.

Ces mesures prises ont instauré "un niveau de qualité et de contrôle exceptionnel", relève le ministère, louant à cet effet les efforts déployés pour la réussite de ce plan par ses services centraux et régionaux et les services vétérinaires relevant de l’ONSSA, ainsi que ses partenaires dont le ministère de l’Intérieur, les autorités locales, la Fédération Interprofessionnelle des Viandes Rouges, l’Association nationale des éleveurs ovins et caprins, l’Association nationale des bouchers, la Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole, l’Ordre national des vétérinaires, l’Ordre national des pharmaciens et les associations de protection des consommateurs et de la société civile.

Cette année, l’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage pour le sacrifice de l’Aïd s’est distinguée tant par le nombre que par la qualité avec 8,5 millions de têtes dépassant la demande, estimée à 5,4 millions de têtes, de plus de 40%.