Ahmed El Khamlichi: «A Fès, la reprise du tourisme est bien engagée»

1798

À Fès, les professionnels du secteur touristique reprennent espoir. Pour cause, «les prémices d’une reprise sont bien là», annonce le délégué régional du tourisme à Fès, Ahmed El Khamlichi, à H24Info. L’arrivée des touristes va aider à la relancer du secteur de l’artisanat, lourdement touché par la crise.

Le secteur a traversé sa pire crise durant la seconde moitié de 2020, après des évolutions parfois même à deux chiffres pour certains indicateurs. «Rien que pour les nuitées, nous avons enregistré une baisse de 77% en 2020 par rapport à 2019», nous confie le délégué régional du tourisme, notant que «l’année 2020 s’est achevée avec la chute de tous les indicateurs touristiques».

Malgré les mesures restrictives appliquées durant le premier trimestre de 2021, les touristes sont arrivés au compte-goutte. En avril, la région a enregistré quelque 24.130 nuitées, bien loin des 310 nuitées enregistrées durant le mois d’avril 2020, au moment où le pays était toutefois sous un confinement total, indique Ahmed El Khamlichi.

Plus en détail, «durant les quatre premiers mois de l’année 2020, nous avons enregistré une baisse de 73% par rapport à 2019, qui a été une très bonne année pour le secteur touristique», souligne-t-il. «Maintenant, lorsque nous comparons ces mêmes chiffres de 2019 avec les quatre premiers mois de l’année 2021, la baisse est de seulement 42% », poursuit notre interlocuteur.

«Cela laisse entrevoir la reprise tant attendue de l’activité touristique», affirme le délégué, précisant toutefois qu’«il ne s’agit que des premières phases, mais qui permettent déjà de redonner de l’espoir et du souffle aux professionnels du secteur».

 

Lire aussi: Tourisme: Adel El Fakir en mission séduction au Moyen-Orient

 

L’arrivée de touristes, nationaux ou étrangers, bénéficiera également au secteur de l’artisanat lui aussi lourdement impacté. «Le lien entre le tourisme et l’artisanat est intrinsèque, surtout pour une ville comme Fès, où la majorité des acheteurs de produits artisanaux sont des touristes». «Avec la reprise, les artisans pourront enfin respirer», note-t-il.

Toutefois, cette reprise reste évidemment tributaire de beaucoup de paramètres. Le premier n’est pas lié à la pandémie, mais plutôt à la forte concurrence entre villes durant la période estivale, car même «si Fès et sa région occupent une grande place dans le tourisme interne, elles ne pourront pas concurrencer les destinations balnéaires», confie le délégué.

La ville mise donc sur le tourisme international, avec l’ouverture prochaine des frontières aériennes et maritimes avec les marchés émetteurs, indique notre interlocuteur. Une ouverte pas encore actée, mais qui pourrait avoir lieu bientôt selon le délégué, mettant en avant les «avancées dans la campagne de vaccination et les efforts conjugués des professionnels et du ministère de tutelle pour accueillir dans les meilleures conditions, même d’un point de vue sanitaire, les touristes».