La revue de presse de ce lundi 27 mai

Publié le
La revue de presse de ce mercredi 19 juin
©H24info

Comptables agréés: nouveau Code de déontologie ; Intelligence artificielle: Le Maroc sur la bonne voie ; E-carburants ; Une industrie du gaming « Made in Morocco » ; Internet mobile ; Forte hausse des importations de viande bovine brésilienne ; Le Maroc : une base internationale de l’industrie de la défense? ;  Pêche durable ; Tourisme: pourquoi le Maroc dégringole dans le classement mondial? ; Appel à l’ouverture d’une enquête sur des cas de fonctionnaires fantômes au CHU Ibn Rochd ; Les raisons de la hausse des prix des viandes rouges ; Mansouri : le gouvernement a besoin d’un nouveau souffle… Voici les dernières informations de la presse nationale de ce lundi:

Les Inspirations éco

Comptables agréés: le nouveau Code de déontologie met “les points sur les i” 

Au Maroc, un vent de modernisation souffle sur la profession de comptable agréé. Le gouvernement vient d’adopter le décret n°2.23.150 approuvant un nouveau Code de déontologie qui régit désormais l’exercice de ce métier. Cette réforme marque une étape cruciale pour garantir l’intégrité, la transparence et la crédibilité de la profession. Ancré dans la loi n°127.12 de 2015 relative à l’organisation de la profession, ce code définit un cadre réglementaire exhaustif. Il pose des principes clairs en matière d’éthique, de compétence, d’indépendance et de responsabilité pour les comptables agréés. Tout d’abord, le texte réaffirme les devoirs fondamentaux qui incombent à ces professionnels : intégrité, objectivité, compétence, diligence, confidentialité et respect des lois. Une obligation de formation continue est également instaurée pour maintenir un haut niveau d’expertise. Le code encadre ensuite strictement les relations avec les clients.

Intelligence artificielle: le Maroc sur la bonne voie

Il est indéniable que l’intelligence artificielle (IA) gagne du terrain dans tous les domaines. Et le Maroc ne déroge pas à la règle. Bon nombre d’entreprises nationales intègrent cette donne, comme confirmé par l’étude menée par PwC au Maroc. «Aujourd’hui, les entreprises marocaines considèrent l’IA comme étant un vecteur d’accélération et de transformation des modèles opérationnels. Pour certains, il s’agit d’une menace, notamment pour l’emploi. Chez PwC, nous pensons que les métiers qu’on connaît aujourd’hui vont évoluer vers de nouvelles perspectives et de nouvelles dimensions», soutient Jamal Basrire, associé Technology consulting de PwC au Maroc lors d’un entretien accordé à l’Infomédiaire. Pour appuyer ces propos, une étude sur des cas d’usage de l’IA avait conduit à la conclusion qu’une amélioration tangible a été constatée au niveau de la performance de l’entreprise.

E-carburants: Le Maroc concrétise son engagement pour une mobilité décarbonée 

Une nouvelle étape vers des transports plus propres a été franchie au Maroc. En effet, un véhicule a été ravitaillé en carburant de synthèse issu de l’hydrogène vert et du CO2 recyclé. C’est l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) qui a réalisé cette démonstration inédite en accueillant HIF Global, l’un des acteurs majeurs dans la production d’hydrogène décarboné. Symbole de l’engagement du Maroc pour une mobilité plus durable, ce ravitaillement exclusif d’une Porsche marque une avancée considérable. Il illustre le potentiel révolutionnaire des e-carburants, ces carburants de nouvelle génération issus de procédés bas carbone, pour réduire drastiquement l’empreinte environnementale des transports routiers. Cette prouesse technologique intervient en marge du Salon E-Fuels de Rabat. Un rendez-vous stratégique où près de 400 experts mondiaux se sont penchés, les 24 et 25 mai, sur les dernières innovations et les vastes perspectives offertes par la filière des carburants de synthèse pour accélérer la transition énergétique dans les transports.

L’Opinion

Premiers pas vers une industrie du gaming « Made in Morocco »

La ville de Rabat a accueilli, vendredi, la première édition du Morocco Gaming Expo. Une initiative pionnière en son genre au Maroc et en Afrique visant à promouvoir l’industrie nationale du gaming, dont le marché mondial est estimé à plus de 270 milliards USD et devrait atteindre plus de 610 milliards USD à l’horizon 2032. Le Maroc compte également tirer profit de l’essor que connaît ce secteur, en développant une industrie du gaming «Made in Morocco», tout en scellant des partenariats avec de grands producteurs internationaux. C’est l’ambition affichée par le ministre de tutelle, Mohamed Mehdi Bensaïd, qui veut dépasser le stade de la « consommation passive ».

Internet mobile: Plus de 35 millions d’abonnés au premier trimestre 2024 

L’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a récemment publié son rapport trimestriel pour le premier trimestre 2024, mettant en évidence des tendances significatives dans le secteur des télécommunications marocain. Les données révèlent une expansion continue et soutenue de l’Internet mobile et de la fibre optique, renforçant le positionnement du Maroc dans le paysage numérique mondial. Le nombre d’abonnés à l’Internet mobile a atteint 35,61 millions, soit une augmentation annuelle de 7,23%. Cette croissance s’explique en grande partie par l’augmentation des utilisateurs de la 4G, qui s’élève désormais à 31,86 millions, en hausse de 3,39 millions par rapport à l’année précédente. Globalement, le nombre d’abonnés à Internet s’élève à 38,3 millions, enregistrant une progression de 7,46%, ce qui porte le taux de pénétration à 103,45%.

Forte hausse des importations de viande bovine brésilienne 

Le Maroc a enregistré une importation massive de 554 tonnes de viande bovine brésilienne au cours des quatre premiers mois de 2024, selon les dernières données de l’Association brésilienne des exportateurs de viande bovine (ABIEC). Cette augmentation notable reflète une demande en plein essor pour la viande brésilienne sur le marché marocain. En détail, le Brésil a exporté environ 107 tonnes de viande bovine vers le Maroc en avril dernier, une légère diminution par rapport aux 115 tonnes exportées en mars. Les mois précédents ont vu des importations de 114 tonnes en février et de 218 tonnes en janvier. Cette progression illustre une augmentation globale des échanges commerciaux entre les deux pays dans le secteur de la viande.

Le Matin

Hamid Benbrahim El Andaloussi: «Le Maroc a tous les atouts pour devenir une base internationale de l’industrie de la défense» 

Fort d’une expérience de 25 ans dans l’industrie aéronautique, le Royaume a tous les atouts pour attirer de nouvelles activités à l’instar de l’industrie de la défense et les équipements technologiques médicaux. Dans un entretien accordé au journal, Hamid Benbrahim El Andaloussi président fondateur de l’Institut des métiers de l’aéronautique et acteur majeur dans le secteur aéronautique, a affirmé que la montée en compétence du Royaume dans le secteur aéronautique et son potentiel en termes de talents lui permettra de se positionner sur des activités beaucoup plus complexes technologiquement comme les réacteurs d’avions. Le Royaume, qui accueille un nouvel investisseur américain (Pratt & Whitney) spécialisé dans les équipements pour réacteurs civils et militaires, acte ainsi son entrée dans une nouvelle ère industrielle dans l’aéronautique et grimpe davantage dans le haut de la pyramide de cette industrie de pointe.

Pêche durable : L’INRH mise sur l’intelligence artificielle et le Big Data 

L’Institut national de recherche halieutique planche sur l’opérationnalisation d’une stratégie Data et intelligence artificielle. L’objectif étant d’améliorer la performance et l’impact de l’observatoire halieutique marocain permettant la protection des ressources et la promotion d’une pêche durable. À moyen terme, le but est également d’élargir la collaboration à un niveau panafricain et international, notamment dans le cadre de l’initiative «Blue Belt», en mobilisant divers partenaires pour une gestion durable et concertée des ressources marines.

L’Economiste

Le Maroc lorgne le marché e-carburants 

Le Maroc observe avec intérêt les opportunités offertes par le secteur des e-carburants. Il dispose des atouts lui permettant de relever ce défi comme notamment les énergies renouvelables et l’hydrogène vert, utilisés dans la production des e-carburants. L’échange d’expériences d’autres pays sur les avancées réalisées dans ce secteur sera certainement d’une grande utilité pour les décideurs et les opérateurs marocains. C’était l’objet de la conférence internationale organisée, vendredi dernier, à Salé, par le Cluster Green H2 sur les e-fuels. Avec la participation de plus de 250 acteurs de l’hydrogène vert. Intervenant à cette occasion, Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, a plaidé pour la mise en place d’un écosystème intégré et agile pour favoriser le développement des e-carburants au Maroc. Elle a souligné à ce titre l’importance d’instaurer un environnement propice incluant notamment “la R&D, l’innovation, les infrastructures et le capital humain nécessaire”.

Tourisme: pourquoi le Maroc dégringole dans le classement mondial? 

Le Forum économique mondial a récemment dévoilé son rapport 2024 sur le classement des pays selon l’indice de développement du voyage et du tourisme. Au niveau mondial, le Maroc est classé 82e sur 119 pays couverts par cette analyse internationale. Le pays régresse d’année en année. En 2021, il est arrivé à la 71e place, une chute de 4 rangs par rapport au classement de 2019. Selon l’indice, qui mesure les facteurs et les politiques permettant le développement du tourisme, le Royaume a un faible score de 3,64. Ceci est dû à sa mauvaise note au niveau des ressources (ressources naturelles, culturelles…), des infrastructures et services. Toutefois, il a reçu une bonne note concernant la sécurité, le climat des affaires et les mesures de facilitation des voyages, des investissements publics dans la promotion et le développement de l’industrie du tourisme, ainsi qu’au niveau de la compétitivité des prix. En Afrique, le Maroc se positionne dans le top 10 des pays les plus performants.

Al Massae

Appel à l’ouverture d’une enquête sur des cas de fonctionnaires fantômes au CHU Ibn Rochd 

L’Association marocaine de protection des deniers publics (AMPDP) a lancé un appel au ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, pour l’envoi d’une commission au Centre Hospitalier Universitaire Ibn Rochd à Casablanca, afin d’«ouvrir une enquête approfondie autour d’une présumée mauvaise gestion financière et administrative du CHU ». Le président de l’AMPDP, l’avocat Mohamed El Ghalloussi, a indiqué que des rapports font état de la présence de fonctionnaires fictifs au sein du CHU Ibn Rochd, dont des médecins et des hauts fonctionnaires chefs de services dans l’hôpital, qui reçoivent leurs salaires de l’argent public et des cliniques où ils officient et qui n’apparaissent que rarement, soulignant que cette affaire impose au ministre de la Santé « de veiller à la mise en place d’un régime de sanctions légales ».

Al Akhbar

Sadiki dévoile les raisons de la hausse des prix des viandes rouges 

Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki, a lié la hausse des prix des viandes rouges à l’augmentation des charges de production, résultant de la détérioration de l’état des pâturages et du manque de pâture, outre l’augmentation des prix des aliments pour animaux suivant la trame des prix mondiaux. Sadiki a indiqué, en réponse à une question écrite de la députée du Mouvement Populaire, Fadoua El Hayyani, que le gouvernement a pris un certain nombre de mesures afin de garantir l’approvisionnement du marché national en viandes rouges, comme l’appui continu aux aliments pour animaux à travers l’acquisition et la distribution des aliments subventionnés, outre l’encouragement des importations à travers la suspension des droits de douane imposés à l’importation des bovins destinés à l’abattage et à l’engraissement. Il a souligné, à cet égard, que les mesures prises par le gouvernement contribuent à baisser les coûts de production, ce qui se reflète sur la stabilité des prix des aliments, pour assurer un contrôle relatif des prix du bétail à l’approche de l’Aïd Al Adha, afin de garantir le bon déroulement de ce rituel religieux dans les meilleures conditions.

Assabah

Mansouri : le gouvernement a besoin d’un nouveau souffle 

La coordinatrice nationale de la présidence collégiale du Secrétariat général du PAM, Fatima Ezzahra El Mansouri, a affirmé que le gouvernement a besoin d’un nouveau souffle, à travers un remaniement ministériel auquel le gouvernement croit de plus en plus et dont la mise en marche n’est qu’une question de temps. El Mansouri a révélé, dans une sortie médiatique, que le sujet du remaniement ministériel fait l’objet de discussions au sein des partis de la coalition, notant toutefois que les détails de cette opération, dont les noms des candidats ministrables, ne sont pas encore examinés. À l’inverse des bruits de couloirs, Fatima Ezzahra El Mansouri, qui a décidé d’organiser une campagne d’assainissement organisationnel au sein du PAM en prévision des prochaines échéances, ne « voit pas d’inconvénient à un remaniement ministériel », car la coalition gouvernementale (PAM, RNI et Istiqlal) en est plus que jamais convaincue.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

La revue de presse de ce lundi 27 mai

S'ABONNER
Partager
S'abonner