Tourisme: le secteur affiche de bons chiffres, mais veut mieux faire…

La grande famille du secteur touristique était rassemblée ce samedi à Marrakech pour présenter un bilan d’étape et établir un plan d’action pour 2020. Un événement marqué par la présence de la ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Mme Nadia Fettah Alaoui.

Inutile de se lancer dans grandes tirades quand on évoque le secteur touristique, les chiffres parlent d’eux-mêmes: 750.000 emplois directs, 7% du PIB national, 80 milliards de DH de recettes touristiques et 29% des exportations de services. Un secteur qui pèse lourd et qui ne connaît pas la crise. En 2019, les nuitées touristiques ont même bondi de 5%.

De son côté, l’ONDA confirme la tendance avec de bons résultats: 13 millions d’arrivées, 25,5 millions de nuitées et un un nouveau trafic de passagers de plus de 25 millions de voyageurs en 2019. Et pour accueillir tout ce monde, le royaume dispose de plus de 2.000 établissements hôteliers, soit quelque 400.000 lits, dont 15.000 lits dans la seule cité ocre.
Mais à y voir de plus près, les choses ne sont pas toujours aussi roses.

le président de la Confédération Nationale du Tourisme (CNT), M. Abdellatif Kabbaj. Map

Si la destination Maroc se porte bien, le taux d’occupation de 45%, reste préoccupant pour les professionnels. Pour y remédier, le président de la Confédération Nationale du Tourisme (CNT), Abdellatif Kabbaj, il faut « oeuvrer afin d’atteindre un taux d’occupation au delà de 70%. Et de ce fait, il faut renforcer l’aérien et investir davantage dans la promotion ». Et de se réjouir de constater que pour la première fois, les professionnels « sont d’accord avec le ministère », expliquant que « nous disposons de la même feuille de route » actuellement.

Développement inclusif

 

Sur sa feuille de route justement, la Confédération Nationale du Tourisme (CNT) apporte des pistes de développement en misant en faveur d’un développement inclusif de l’industrie touristique et de l’amélioration de sa compétitivité.

Son vice-président, M. Fouzi Zemrani a souligné que les actions prévues ou lancées dans le cadre de cette feuille de route s’articulent autour de plusieurs axes : partenariat public-privé, création d’une « Tourism Academy », accélération de la digitalisation, développement du capital humain, renforcement de la compétitivité des acteurs du tourisme, réglementation du secteur, développement du tourisme interne et réorganisation de l’observatoire du tourisme.

Intervenant devant les professionnels du secteur, la ministre du Tourisme s’est félicitée des bons résultats, mettant en avant l’intérêt dont jouit ce secteur et sa contribution à l’économie nationale.

Renforcer la destination Agadir-Taghazout

Mme Fettah Alaoui s’est dite également « optimiste » de voir toutes les parties concernées par le secteur touristique « mobilisées » et « déterminées » à œuvrer davantage pour la promotion de ce secteur, réitérant l’engagement de son ministère à à mener des actions conjointes en application des orientations fixées par le roi Mohammed VI.
Parmi les chantiers prioritaires, la relance de la destination Agadir-Taghazout, en perte de vitesse ces dernières années. Concernant le tourisme interne, une campagne de communication en darija sera lancée cette année par l’Office.

 

Lire aussi: Faillite de Thomas Cook: Agadir et Marrakech perdent 150.000 touristes

 

Une plateforme digitale réservée au tourisme interne, sera mise en place alors qu’un Salon du tourisme dédié à l’offre nationale sera organisé cette année à Casablanca.

Si 2019 reste l’une des années record du tourisme national, l’heure est à la vigilance comme vient le rappeler la faillite de Thomas Cook ou l’épidémie du coronavirus qui frappe actuellement la planète. Une perte sèche pour le secteur qui misait beaucoup sur cette nouvelle clientèle. D’où la nécessité de développer de nouvelles lignes aériennes pour diversifier la clientèle et renforcer la destination Maroc.